Propos d'Elisabeth Borne sur le RN : la Première ministre recadrée par Emmanuel Macron

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Elisabeth Borne a accusé le Rassemblement national d'être l'"héritier de Pétain". Des déclarations qui ont valu à la Première ministre d'être recadrée par Emmanuel Macron, lors d'un Conseil des ministres mardi 30 mai, comme l'explique le journaliste Guillaume Daret, présent sur le plateau du 8 Heures, mercredi. -
Propos d'Elisabeth Borne sur le RN : la Première ministre recadrée par Emmanuel Macron Elisabeth Borne a accusé le Rassemblement national d'être l'"héritier de Pétain". Des déclarations qui ont valu à la Première ministre d'être recadrée par Emmanuel Macron, lors d'un Conseil des ministres mardi 30 mai, comme l'explique le journaliste Guillaume Daret, présent sur le plateau du 8 Heures, mercredi. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - G.Daret
France Télévisions
France 2
Elisabeth Borne a accusé le Rassemblement national d'être l'"héritier de Pétain". Des déclarations qui ont valu à la Première ministre d'être recadrée par Emmanuel Macron, lors d'un Conseil des ministres mardi 30 mai, comme l'explique le journaliste Guillaume Daret, présent sur le plateau du 8 Heures, mercredi.

Les propos d'Elisabeth Borne sur le Rassemblement national (RN), qui a affirmé que le RN est un "héritier de Pétain", lui ont valu un recadrage d'Emmanuel Macron lors d'un Conseil des ministres, mardi 30 mai. "Le combat contre l'extrême droite ne passe plus par des arguments moraux", a déclaré le président de la République, selon les propos rapportés par un participant au Conseil des ministres au journaliste Guillaume Daret, présent sur le plateau du 8 Heures, mercredi. "Vous n'arriverez pas à faire croire à des millions de Français qui ont voté pour l'extrême droite que ce sont des fascistes", a ajouté Emmanuel Macron.

Une Première ministre restée "stoïque"

Emmanuel Macron "n'a pas cité nommément Elisabeth Borne, mais ça n'a trompé personne. Tout le monde a bien compris que ça lui était adressé", explique Guillaume Daret. "C'est une réponse cinglante aux propos de la Première ministre qui, elle, 'stoïque' selon un ministre présent, n'a pas réagi", poursuit le journaliste. "Ce n'est pas du tout nouveau, parce qu'Emmanuel Macron a toujours eu cette stratégie-là à l'égard du RN. Il juge que cette diabolisation de Marine Le Pen, au contraire, fait le jeu du RN", rappelle Guillaume Daret.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.