Primaire PS à Marseille: la surprise Ghali, Carlotti éliminée

La sénatrice Samia Ghali et le député Patrick Mennucci s'affronteront dimanche prochain au second tour de la primaire socialiste en vue des municipales à Marseille. Eliminée dès le premier tour, la ministre Marie-Arlette Carlotti a dénoncé dimanche un "clientélisme" généralisé.

(Nicolas Vallauri Maxppp)

"Merci d'y avoir cru! " C'est par ces mots que Samia Ghali a annoncé devant ses partisans, dimanche soir, être en tête de la primaire socialiste à Marseille. La sénatrice et maire de secteur dans les quartiers Nord a salué les autres candidats et a annoncé que le second tour se disputerait dimanche prochain entre elle et Patrick Mennucci.

"Je veux être la maire de Marseille, je veux tuer le désespoir de cette ville ", a immédiatement déclaré Samia Ghali.

 

Un duel Ghali/Mennucci

L'arrivée en tête de Samia Ghali a ensuite été confirmée par la Haute autorité des primaires peu avant minuit. Elle a recueilli 5.151 voix, soit 25,25 % des suffrages, et Patrick Mennucci, maire des
1er et 7e arrondissements, 4.212 voix (20,65 %). La ministre Marie-Arlette
Carlotti arrive troisième avec 3.982 voix (19,52%). 20.734 électeurs ont participé à ce 1er tour.

Six ténors locaux s'affrontaient lors de ce premier tour, en vue des municipales, pour ravir la mairie au sénateur UMP Jean-Claude Gaudin, probable candidat: la ministre Marie-Arlette Carlotti, les députés Patrick Mennucci et Henri Jibrayel, la sénatrice Samia Ghali, le président de la communauté urbaine Eugène Caselli et le conseiller général Christophe Masse.

Plus de 20.000 personnes ont voté, une "forte mobilisation" jugée très satisfaisante par les responsables socialistes, la participation étant considérée comme une clef du scrutin. Les 55 bureaux de vote, répartis en 15 lieux, ont fermé à 20h, soit une heure plus tard que prévu, en raison de l'affluence élevée et de problèmes d'émargement, retardant l'annonce des résultats officiels.

"Clientélisme" et organisation "paramilitaire"

La ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l'exclusion, Marie-Arlette Carlotti, un temps donnée favorite, a déclaré dimanche "avoir pris acte des résultats " et a demandé à ses partisans de "soutenir Patrick Mennucci " pour le second tour.

Un peu plus tôt, elle avait dénoncé les conditions dans lesquelles s'est déroulé le premier tour de cette primaire PS à Marseille. "Nous avons assisté au cours de cette journée à un fonctionnement à plein
régime du clientélisme
", a-t-elle déclaré à la presse devant son local de
campagne.

"Personne n'avait vu jusqu'à présent ce système fonctionner avec une
telle puissance, un tel sentiment d'impunité, à la vue de tous, avec des
dizaines de minibus qui sillonnent la ville, des échanges d'argent, toute une
organisation que j'ai envie de qualifier de
'paramilitaire'", a-t-elle dit.

Vers un recours  ?

Interrogée sur son intention de déposer un recours, Marie-Arlette Carlotti a confirmé qu'elle allait le faire devant la Haute autorité des primaires (HAP).

Le conseiller général PS et avocat
Michel Pezet, soutien de Marie-Arlette  Carlotti, a ajouté qu'"il y a eu un échange
d'argent dans au moins un bureau
", qu'il n'a pas précisé. Selon lui, cet
échange a été acté dans un PV d'un bureau du 15e arrondissement.

Le secrétaire général de la HAP, René Stefanini, a
indiqué que les PV seraient examinés, relevant cependant que les
déclarations d'un délégué d'un candidat ne sont "pas parole d'Evangile ". Les recours devaient être examinés dès ce dimanche soir.

A LIRE AUSSI ►►► Primaire PS à Marseille : forte participation et des problèmes

Dès dimanche après-midi, plusieurs recours se sont annoncés dans cette
élection, des représentants de candidats dénonçant par exemple l'organisation
de covoiturages ou de transports collectifs, notamment par la candidate Samia
Ghali. Cette dernière a confirmé dans la soirée, estimant qu'il n'y avait rien d'illégal. "Oui, il a fallu s'organiser pour que vous puissiez aller voter, car certains quartiers étaient inaccessibles ", a-t-elle lancé à l'adresse de ses partisans.