Cet article date de plus de neuf ans.

Porte-parole de Marine Le Pen, Paul-Marie Coûteaux créé un nouveau parti

L'un des porte-parole de Marine Le Pen, le souverainiste Paul-Marie Coûteaux, va lancer un nouveau parti. Objectif, ramener dans le giron du FN les amis de Philippe de Villiers et les déçus de Nicolas Dupont-Aignan en vue des législatives de 2012.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Paul-Marie Couteaux: un gaulliste au FN (Franco AFP)

L'un des porte-parole de Marine Le Pen, le souverainiste Paul-Marie Coûteaux, va lancer un nouveau parti. Objectif, ramener dans le giron du FN les amis de Philippe de Villiers et les déçus de Nicolas Dupont-Aignan en vue des législatives de 2012.

Si l'annonce de la création d'un nouveau parti par l'ancien eurodéputé frontiste, Paul-Marie Coûteaux, n'a pas suscité de critiques à ce jour dans les rangs de la candidate à la présidentielle, Marine Le Pen, l'initiative n'a pas soulevé non plus un fol enthousiasme. Certains s'interrogent.

L'intéressé lui assure que ce parti, baptisé Siel (Souveraineté, indépendance et libertés), "a pour but de rallier les amis de Philippe de Villiers, aujourd'hui en déshérence, et les déçus de Nicolas Dupont-Aignan, qui ne décolle pas" dans la perspective des élections législatives de 2012.

"Le FN n'a pas la culture du partenariat"

Ancien proche de Philippe Séguin, décédé en janvier 2010, et de Charles Pasqua, puis villiériste, M. Coûteaux entend pallier plusieurs faiblesses du Front national à commencer par son manque d'appétence aux accords. "J'ai expliqué à Marine [Le Pen] qu'elle ne dépassera jamais un certain socle sans faire d'alliance. Le FN n'a pas la culture du partenariat", fait valoir l'ancien député européen.

Mais pour s'allier, encore faut-il tisser des liens, répertorier les divergences, voire tenter de les aplanir.

M. Coûteaux s'y est employé. Il a listé plusieurs points de discussion avec le FN notamment le mode de scrutin et les dépenses publiques. Alors que le FN réclame la proportionnelle intégrale, le souverainiste prône un système mixte (majoritaire et proportionnelle) "pour avoir un exécutif fort et éviter un retour à la IVe République".

Il se dit aussi favorable à une "baisse de la dépense publique dans les secteurs non-régaliens" dans "la santé, l'éducation et les affaires sociales.

"Pourquoi fait-il cela? C'est une excellente question"

Commentant la nouvelle, la présidente frontiste a "gentiment" prévenu : "Le FN est un grand mouvement et Paul -Marie Coûteaux en est parfaitement conscient". Sans voir cependant d'inconvénient à la création de ce parti, dans la perspective d'une alliance aux législatives.

"Pourquoi fait-il cela? C'est une excellente question", s'est interrogé pour sa part le vice-président du parti d'extrême droite, Louis Aliot. "Mais nous lui avons demandé de ne pas mettre en porte-à-faux la campagne, dont il est porte-parole", a-t-il prévenu.

Avant même la concrétisation de cette annonce, l''ancien député européen a assuré que plusieurs cadres locaux du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers l'avaient déjà rejoint notamment François-Régis Taveau (Gironde) et Christian Le Scornec (Seine-et-Marne).

La démarche de M. Coûteaux peut avoir deux interprétations non exclusives l'une de l'autre : peser dans les négocations internes sur l'attribution des circonscriptions législatives et offrir un sas de décompression aux souverainistes de droite qui ne souhaitent pas rejoindre le Front national.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.