Cet article date de plus de sept ans.

Plan d'économies : une majorité "plus étroite mais plus solide" (Elysée)

Après le vote tendu à l'Assemblée mardi, l'Elysée n'a pas l'intention de laisser les députés détricoter dans quelques semaines le plan d'économies de 50 milliards d'euros. Un plan qui selon le Premire ministre Manuel Valls engage la majorité pour la fin du quinquennat de François Hollande. Et il n'est plus question de changer de cap...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Charles Platiau Reuters)

Pour les conseillers de François Hollande, tout a été présenté, voté et donc accepté mardi. "C'est pour qu'on n'ait pas à y revenir", confie-t-on à l'Elysée. Après les améliorations ou concessions sur les retraites et le plan pauvreté notamment, l'entourage du chef de l'Etat se montre assez ferme : "On ne peut pas imaginer d'autres amendements". Cela ne veut pas dire que tout est fermé, mais il n'est pas question donc de changer de cap, d'objectif, à savoir 50 milliards d'euros d'économie.

Pas de problème de majorité...

Et à l'Elysée, on ne craint pas que des voix manquent au moment de voter les premières économies au mois de juin  ou au moment de voter les prochains budgets. Car François Hollande se montre rassurant avec son entourage : "La majorité est plus étroite, mais solide et durable ", dit-il C'est ce qu'aurait démontré le vote de mardi. 

Le gouvernement n'a pas besoin du centre ou de la droite, comme cela était par exemple arrivé à Michel Rocard dans les années 90. Il n'a pas besoin des Verts pour mener sa politique et il a même pu se passer de 41 députés socialistes. Des députés qui peuvent d'ailleurs revenir dans les rangs lors de l'adoption des budget des lois de finances. François Hollande en semble donc persuader : il n'a pas de problème de majorité...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.