Cet article date de plus de cinq ans.

Nouveau nom de l'UMP : des Républicains à L'Union, quelles sont les propositions ?

Nicolas Sarkozy aurait déjà choisi le nom de son prochain parti. Et selon Europe 1, ce sera Les Républicains.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le siège de l'UMP à Paris, le 15 décembre 2011 à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Au petit jeu pour renommer l'UMP, Les Républicains semblent désormais tenir la corde, selon les informations d'Europe 1, jeudi 12 mars. Le parti de droite cherche, en effet, à se relancer, à l'occasion d'un congrès fondateur, prévu le 30 mai. "Ce sera une formation beaucoup plus large, plus rassembleuse, plus dynamique, ouverte à tous ceux qui voudraient préparer l'alternance, et notamment au centre", avait déclaré Nicolas Sarkozy au Figaro, début mars.

Ce renouveau parti doit passer par un nouveau nom, qui est l'objet de vives tractations en coulisses. Une porte-parole du parti a expliqué, selon Le Monde, que Nicolas Sarkozy n'aimait pas les sigles. Mais rares sont les indices. Francetv info a passé en revue les pistes qui circulent.

Les Républicains : le mieux parti 

Qui l'a proposé ? : Nicolas Sarkozy, président de l'UMP.

Pourquoi ? Avec ce nom, le nouveau parti marque ses distances avec le FN, résume Europe 1, tout en intégrant les centristes de droite et de centre, dans le cadre du rapprochement visé. "Les anciens centristes du Parti républicain et les anciens du RPR" ont donné leur accord, précise la radio.

Le bémol. Gare aux jeux de mots. "Après l'UMPS, Marine Le Pen va s'en donner à cœur joie avec les Ripoublicains !", s'inquiète un cadre anonyme dans les colonnes du Parisien.

Le Parti de la France : le plus cocardier

Qui l'a proposé ? Guillaume Peltier, cofondateur de la Droite forte.

Pourquoi ? Nicolas Sarkozy a précisé ses attentes, lors d'un entretien sur TF1. "Je ne veux pas faire le parti de la droite ni le parti du centre, je veux faire le parti de la France." Guillaume Peltier prend le président de l'UMP au mot, sur le plateau de LCI (à 1'20"). "Je plaide depuis le début pour que le mot 'France', qui nous rassemble tous (...), soit utilisé. D'ailleurs, Nicolas Sarkozy a commencé à évoquer le Parti de la France."

Le bémol. Il y a un gros souci. En effet, ce nom est déjà utilisé par le mouvement d'extrême droite de Carl Lang.

L'Union : le plus ouvert aux centristes

Qui l'a proposé ? Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et sénateur.

Pourquoi ? Jean-Pierre Raffarin assure que le changement de nom n'est pas une priorité, dans un entretien à Paris Match. Mais bon, "s’il devait y en avoir, je souhaite qu’il exprime la diversité de la droite et du centre. L’Union me semble donc plus ouvert que le Rassemblement".

Le bémol. L'Union pour un mouvement populaire (UMP) deviendrait L'Union. Le changement n'est pas flagrant.

Le Rassemblement : le moins rassembleur

Qui l'a proposé ? Nadine Morano, ancienne ministre.

Pourquoi ?  L'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy "souhaite qu'il y ait, dans le nouveau nom, une expression qui incarne cette idée, explique-t-elle au Huffington Post. De mon point de vue, c'est important qu'il y ait une référence à la France." Mine de rien, Nadine Morano vante le nom de son microparti créé en octobre 2012, le Rassemblement pour le peuple de France.

Le bémol. Le Rassemblement est déjà un parti de sensibilité souverainiste, créé en avril 2013. En janvier, ce dernier a fait part de son accord pour céder le nom, à condition que les membres de l'UMP exclus pour des unions avec le FN soient réintégrés, expliquait Le Lab. Pas sûr que cette demande soit entendue. Certains à droite trouvent enfin que Rassemblement fait trop référence au RPF et au RPR, ce qui écarte, de fait, les centristes.

RPR : le plus nostalgique

Qui l'a proposé ? Henri Guaino, député.

Pourquoi ? "Vous savez, on a changé souvent de nom. (...) Moi, j’étais assez sensible au RPR, je trouvais que c’était une bonne formule moderne, déclarait Henri Guaino sur le plateau d'iTélé, en décembre, comme mentionné par Le Lab. Rassemblement pour la République, cela sonne très bien. Ce n'est pas plus ringard que socialiste."

Le bémol. "Pas plus ringard" ? On a connu plus émoustillant pour vendre une nouvelle formule. Et puis... Nicolas Sarkozy n'aime pas les acronymes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.