Cet article date de plus de neuf ans.

Pas d'intervention à Notre-Dame-des-Landes

Mercredi matin, une centaine d'opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se sont rassemblés pour empêcher la destruction d'une ferme, menacée par le futur chantier. Si les forces de l'ordre n'ont finalement pas entrepris d'intervention, les opposants restent en alerte.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Maxppp)

Très tôt mercredi matin, une centaine d'opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, s'est rassemblé pour empêcher l'expulsion d'une maison squattée. L'intervention n'a finalement pas eu lieu, mais les anti-aéroport restent très mobilisés.

Mardi, le tribunal de Nantes autorisait l'État et AGO, une filiale de Vinci concessionnaire du futur aéroport, à procéder à l'expulsion de la ferme de Saint-Jean-du-Tertre, squattée depuis le 14 avril, date de départ des locataires légaux. Suite à cette décision, dans la nuit de mardi à mercredi, les opposants ont bloqué les routes et les chemins d'accès à la ferme avec des barricades et des engins agricoles.

Les opposants redoutent encore une intervention

L'Acipa, l'une des principales associations des opposants, s'est réjouie de la "grosse mobilisation" des manifestants, qui ont affirmé leur volonté de maintenir la
vigilance plusieurs jours. 
"Une démolition, c'est un début de travaux (or) il y a un accord politique qui scelle tout ça, qui remettait à la fin des recours le début des travaux" , souligne Dominique Fresneau, porte-parole de l'Acipa. Une annonce qui fait référence à un accord politique passé entre les deux tours des municipales nantaises entre le PS, favorable au projet et EELV, opposé.

►►► A LIRE AUSSI : Notre-Dame-des-Landes : Bruxelles ouvre une procédure contre la France

Mercredi midi, la préfecture de Loire-Atlantique a assuré qu'il n'y avait pas d'intervention prévue "à ce stade", et qu'une intervention n'était souhaitable" dans les conditions telles qu'elles sont présentes".

Prévu pour être achevé en 2017, le projet de transfert d'aéroport n'a pas avancé depuis l'automne 2012, date des dernières grandes interventions des forces de l'ordre sur place.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.