Cet article date de plus de quatre ans.

Notre-Dame-des-Landes : le secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts "condamne toutes les violences d'où qu'elles viennent"

David Cormand, le secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts, demande dimanche sur franceinfo "du temps pour reconstruire une médiation" à Notre-Dame-des-Landes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
David Cormand, le secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts, le 20 novembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

David Cormand le secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts va participer dimanche 15 avril à midi à un rassemblement sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Il a indiqué auparavant sur franceinfo que l'objectif de sa présence est "d'affirmer le refus de la violence, notamment celle dont fait preuve le gouvernement."

Ce rassemblement intervient au lendemain d'une manifestation à Nantes où des milliers de personnes ont défilé dans une ambiance très tendue. David Cormand a demandé "du temps pour reconstruire une médiation et trouver des solutions", pour "dans le cadre du droit, installer des paysannes et des paysans" à Notre-Dame-des-Landes.

"Énormément de tristesse, de colère et de frustration"

D'après le ministère de l'Intérieur, 12 personnes ont été interpellées dans la manifestation de samedi. Le patron d'EELV, pour sa part, "condamne toutes les violences d'où qu'elles viennent. Je suis écologiste donc très attaché à la non-violence". David Cormand dit par ailleurs regretter "l'action des forces de l'ordre qui, il y a six jours, alors qu'on était en train de sortir par le haut de ce long combat, ont décidé d'intervenir sans laisser le temps de trouver des solutions durables."

Selon lui, ces affrontements sont dûs au fait qu'un certain "nombre de paysans étaient en train de discuter avec la préfecture lorsqu'il y a eu l'intervention et la destruction de ces fermes. Donc, cela a créé énormément de tristesse, de colère et de frustration". David Cormand dit ne pas comprende "l'urgence" qu'il y avait à intervenir sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Pour lui, "la très grande majorité des zadistes étaient en train de trouver des solutions légales pour pouvoir s'installer, dans le cadre de la loi et à long terme, sur ce terrain."

Ainsi, pour David Cormand, "il y a un parti pris de la part du gouvernement à ne pas vouloir laisser prospérer une approche différente de l'agriculture, plus en lien avec l'environnement, plus conviviale, plus collective. C'est ça qui me dérange dans cette affaire."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Notre-Dame-des-Landes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.