Notre-Dame-des-Landes : "Le ministre de l'Intérieur gérera avec sang-froid en évitant qu'il y ait des morts" affirme Gérard Collomb

Alors qu'un rapport sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est attendu dans la journée, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb reconnaît qu'une éventuelle évacuation du site poserait "un problème".

Gerard Collomb, le 2 novembre 2017.
Gerard Collomb, le 2 novembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Les médiateurs remettent, mercredi 13 décembre, leur rapport sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes au Premier ministre Edouard Philippe. Le gouvernement prendra une décision définitive "au plus tard en janvier", selon Emmanuel Macron.

Si une évacuation du site, occupé par les opposants au projet, était décidée, elle s'annoncerait à haut risque pour le ministre de l'Intérieur. Une première tentative d'évacuation avait échoué en 2012.

"Un certain nombre de zadistes (…) ont dressé un certain nombre de pièges"

Interrogé par franceinfo, Gérard Collomb explique qu'"il faut toujours réaliser les choses avec sang-froid, sans se laisser emporter". Répondant à ceux qui redoutent un drame comme à Sivens (Tarn), avec la mort de Rémi Fraisse en 2014, il assure que "le ministre de l'Intérieur gérera avec sang-froid, en évitant qu'il y ait des morts, et en appelant au calme de part et d'autre".

Gérard Collomb reconnaît toutefois qu'une éventuelle évacuation du site poserait "un problème", car "un certain nombre de zadistes (…) ont dressé un certain nombre de pièges".

"Après, reste le problème de fond : est-ce qu'il faut faire Notre-Dame-des-Landes ou pas ? Le président de la République l'annoncera au mois de janvier. Il a demandé un rapport et il prendra le temps de réfléchir", explique le ministre de l'Intérieur.