Les opérations de démantèlement ont repris à Notre-Dame-des-Landes

Jeudi 17 mai, 2 000 gendarmes sont mobilisés pour la deuxième opération de démantèlement à Notre-Dame-des-Landes.

Voir la vidéo
France 2

Les gendarmes viennent tout juste de libérer la RD81 (Loire-Atlantique), d'où s'exprime jeudi 17 mai en direct l'envoyé spécial de France 2 Thomas Paga. Ils procèdent par sommations puis par tirs de lacrymogène et sont appuyés par quatre blindés et un hélicoptère, qui survole la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en permanence. Cette nouvelle opération, qui devrait durer deux ou trois jours, vise dix squats occupés par des zadistes. Les gendarmes sont arrivés sur zone à 6 heures du matin environ. Ils sont moins nombreux que début avril mais la situation est toujours tendue. Face à eux, des zadistes très déterminés qui continuent de dresser des barricades auxquelles ils mettent le feu.

Les expulsions vont continuer

Le ministère de l'Intérieur l'assure : les lieux visés ne font pas partie des 40 projets agricoles déposés à la préfecture. Mais son porte-parole confirme que tant qu'il y aura des squats illégaux, construits ou reconstruits, il y aura des expulsions. "Sont concernés uniquement tous ceux qui n'ont pas souhaité déposer des dossiers ou se mettre en règle avec l'Etat de droit", précise de son côté le général Richard Lizurey, directeur de la Gendarmerie Nationale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des zadistes font face aux gendarmes à Notre-Dame-des-Landes, le 12 avril.
Des zadistes font face aux gendarmes à Notre-Dame-des-Landes, le 12 avril. (FRED TANNEAU / AFP)