Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Bygmalion, Mediapart, Khadafi : quand Nicolas Sarkozy ironise sur les affaires

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
FRANCE TELEVISIONS
Article rédigé par
France Télévisions

Nicolas Sarkozy, en meeting à Velizy-Villacoublay (Yvelines) lundi, a notamment accusé le journaliste Fabrice Arfi de Médiapart, sans le nommer, de "personne qui va de plateau en plateau pour se faire de la publicité sur un faux grossier".

Accusations de financement libyen, affaire Bygmalion, trafic d'influence, paiement par l'UMP d'une pénalité qui lui avait été infligée : le nom de Nicolas Sarkozy apparaît dans de nombreux dossiers judiciaires susceptibles de contrarier son retour en politique. Pourtant, si l'ancien président de la République assure "qu'il n'est pas au-dessus de lois", il n'accepte pas non plus "d'être en dessous", et c'est par des boutades qu'il a abordé ces questions lors du meeting qu'il a organisé, lundi 6 octobre, à Velizy-Villacoublay (Yvelines)

Nicolas Sarkozy accuse également le journaliste Fabrice Arfi de Médiapart, sans le nommer, de "personne qui va de plateau en plateau pour se faire de la publicité sur un faux grossier". Médiapart travaille depuis 2011 sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par l'ancien chef d'Etat libyen, Khaddafi

"On rembourse tout le monde sauf moi"

Concernant le financement de la campagne présidentielle de 2012 et l'affaire Bygmalion, l'ex-président se pose la question à savoir pourquoi son parti, l'UMP, n'est pas remboursé, uniquement à cause d'un dépassement de 400 000 euros : "On rembourse tout le monde sauf moi. Nous, on fait 18 millions d'électeurs mais on n'a pas droit à un centime", a-t-il déclaré, accompagné d'un grand rire venant de la salle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nicolas Sarkozy

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.