Cet article date de plus de huit ans.

L'UMP obtient un délai de deux mois pour rembourser la campagne de Nicolas Sarkozy

Le parti doit encore trouver 2,7 millions d'euros en deux mois. Nicolas Sarkozy va envoyer une lettre de remerciement aux donateurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président de l'UMP, Jean-François Copé (à g.), et l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, le 8 juillet 2013 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

L'UMP devrait bien obtenir un délai salvateur pour rembourser la banque. L'annulation par le Conseil constitutionnel, le 4 juillet, du compte de campagne de Nicolas Sarkozy obligeait le parti à trouver 11 millions d'euros avant la date fatidique du 31 juillet.

Mais entre-temps, l'UMP s'est démenée en sollicitant ses adhérents. A ce jour, le "Sarkothon" aurait récolté 8,3 millions d'euros, affirment RTL et Le Parisien (article payant), mardi 30 juillet. De quoi rendre les banques compréhensives. Selon ces journaux, l'UMP aurait en effet réussi à décrocher un délai de deux mois auprès de ses créanciers.

Nouvelle date limite : le 30 septembre

Grâce à ce délai, l'UMP évite la faillite. Le parti a désormais jusqu'au 30 septembre pour trouver les 2,7 millions d'euros manquants. Si les dons continuent à entrer au même rythme que depuis un mois, l'objectif sera largement atteint.

"Nous effectuerons deux dépôts. Le premier mercredi, avec l'argent que nous avons en caisse. Le second fin septembre, avec ce que nous aurons réussi à glaner pendant les vacances", dit-on à l'UMP, selon des propos rapportés par Le Parisien.

C'est pourquoi la souscription mise en place par le parti est toujours d'actualité. Vendredi, Jean-François Copé a lancé un nouvel appel aux dons. Nadine Morano, quant à elle, a appelé les sympathisants de l'UMP à un "dernier effort".

"Pas d'arrangement avec la banque", se défend la trésorière

Le délai accordé par les banques, en particulier la Société générale, résulte-t-il d'un petit arrangement entre amis ? "Il n'y a strictement aucun arrangement, c'est une relation tout à fait normale entre un établissement bancaire et un de ses clients", a assuré la trésorière du parti, Catherine Vautrin, mardi sur RFI. Elle répondait à une question mentionnant le fait que le PDG de la Société générale, Frédéric Oudéa, avait été entre 1993 et 1995 conseiller de Nicolas Sarkozy lorsque celui-ci était ministre du Budget.

"Quand vous avez 10,6 millions à rembourser et qu'en moins de quatre semaines vous êtes capables d'apporter 8,309 millions d'euros (...), vous montrez la dynamique qui est créée", a poursuivi la députée de la Marne, confirmant par ailleurs que l'ancien chef de l'Etat était "caution solidaire de ce prêt", tout comme l'UMP.

Nicolas Sarkozy adresse une lettre de remerciement aux donateurs

Nicolas Sarkozy, de retour de vacances au Canada, s'apprête déjà à remercier ces généreux sympathisants par courrier et par mail. "Votre geste de solidarité me touche beaucoup. Je vous en suis infiniment reconnaissant", écrit-il dans la missive qui a fuité auprès du Parisien"Par votre précieux soutien, vous manifestez votre attachement à votre famille politique et bien au-delà au pluralisme. Cette épreuve renforcera nos convictions."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nicolas Sarkozy

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.