M. Le Pen/ N. Dupont-Aignan : les clauses de l'accord

En direct du VIIIe arrondissement de Paris, Jean-Baptiste Marteau revient sur les termes de l'accord gouvernemental passé entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen.

France 2

La présidente du Front national le dit elle-même, il est maintenant question d'un projet commun. "Pas beaucoup de changements pour les 144 propositions qui étaient les siennes dans son programme, à l'exception de six d'entre elles et pas des moindres, notamment sur la sortie de l'euro. Ce n'est plus un préalable à toute politique économique peut-on lire dans ce projet d'alliance", explique Jean-Baptiste Marteau.

Convaincre l'électorat de droite

C'est vraiment une concession importante pour Marine Le Pen. "Elle ne le fera pas tout de suite si elle est élue. Elle négociera avec les partenaires économiques, avec les autres pays européens, avant de sortir éventuellement et de faire une monnaie nationale. C'est vraiment un argument pour tenter de convaincre l'électorat de droite du premier tour. On peut également citer la scolarisation d'enfants d'étrangers clandestins. Marine Le Pen voulait la rendre payante. Ce ne sera plus le cas. C'est désormais un couple qui va faire campagne main dans la main", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Dupont Aignan. Président du mouvement souverainiste Debout la République lors de la convention national de son parti à Paris 06/04/2013
Nicolas Dupont Aignan. Président du mouvement souverainiste Debout la République lors de la convention national de son parti à Paris 06/04/2013 (WITT / SIPA)