Cet article date de plus de sept ans.

Municipales : l'UMP s'inquiète du rôle de l'État

Plusieurs candidats UMP se sont inquiétés du rôle du gouvernement dans la campagne des municipales. A Nantes, la candidate UMP Laurence Garnier, a annoncé mercredi qu'elle avait saisi la commission des comptes de campagne après la visite du Premier ministre. A Marseille, Jean-Claude Gaudin a accusé "tout l'appareil de l'État" de soutenir Patrick Mennucci.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

C'est par un communiqué
que la candidate UMP à la mairie de Nantes, Laurence Garnier, a annoncé qu'elle
allait saisir la commission des comptes de campagne. Objet de cette saisine ?
La dernière visite – vendredi – du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault dans la
ville. L'UMP souhaite connaître les liens entre cette visite et la campagne de
la candidate PS Johanna Rolland.

"Initialement
présenté comme un retour aux sources du Premier ministre, ce déplacement a
généré une déferlante d'articles dans la presse nationale, actant uniquement le
passage de témoin à Johanna Rolland",
affirme Laurence Garnier qui ajoute :

"On notera une fois
de plus la cohérence de l'action de Jean-Marc Ayrault qui fait tout pour que le
nouveau maire soit désigné non pas par les électeurs  mais par lui"

"L'appareil de l'État"  derrière Mennucci 

À Marseille, Jean-Claude
Gaudin a lui accusé François Hollande de soutenir son adversaire socialiste à
la mairie de Marseille. Interrogé sur la candidature de Pape Diouf,
reçu par François Hollande, le maire de Marseille a lancé : "Il se mêle lui-même
de la constitution de la liste pour sauver le soldat Mennucci. Il demande à ces
gens-là, à Pape Diouf, à un ou deux du MoDem de venir à l'Elysée
. "

Pour Jean-Claude Gaudin :

"Tout l'appareil de l'Etat est mobilisé en faveur du candidat socialiste gouvernemental"

Et le président du groupe
UMP au Sénat de lancer : "Il a les méthodes socialistes qu'on avait il y a
50 ans : l'intimidation,  le
clientélisme, les pressions
."

Après la visite de Manuel
Valls à Marseille, fin janvier, Jean-Claude Gaudin avait annoncé saisir la
commission des comptes de campagne dénonçant un "mélange des genres "
et, accusant plusieurs ministres de venir "soutenir le candidat
gouvernemental
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.