François Bayrou s'en va pour ne pas gêner le gouvernement

François Bayrou, qui devait mener la loi sur la moralisation de la vie publique, a annoncé son retrait du gouvernement, mais renouvelé son soutien à Emmanuel Macron ce mercredi 21 juin. 

France 3

Pour s'expliquer, François Bayrou avait donné rendez-vous à la presse au siège de son parti et pas au ministère de la Justice ce mercredi après-midi. Il affirme qu'il a fait son choix il y a quinze jours. Sa décision, c'est la conséquence de l'enquête sur les emplois fictifs du MoDem au Parlement européen qu'il conteste. Selon lui, c'est une affaire politique. "Je n'ai aucun doute que j'étais de ces dénonciations la véritable cible dans le but de décrédibiliser la parole du ministre qui devait porter cette loi", a assuré François Bayrou, président du MoDem.

"Je choisis de ne pas exposer le gouvernement"

Cette loi, c'est celle de la moralisation de la vie publique. L'une des réformes phares du chef de l'État que portait François Bayrou. Allié d'Emmanuel Macron depuis fin février, le patron du MoDem, convaincu d'avoir joué un rôle dans son élection, continuera néanmoins à s'engager à ses côtés. "Je choisis la liberté de jugement et la liberté de parole, je choisis de préserver la loi de moralisation et de confiance dans la démocratie. Je choisis de ne pas exposer à des campagnes mensongères le gouvernement et le président que je soutiens", a déclaré l'ancien ministre de la Justice. Deux autres ministres MoDem quittent également le gouvernement : Sylvie Goulard, en charge des Armées, et Marielle de Sarnez, aux Affaires européennes. François Bayrou retrouvera lui sa mairie de Pau.

Le JT
Les autres sujets du JT
François Bayrou lors d\'une conférence de presse, à Paris, le 21 juin 2017.
François Bayrou lors d'une conférence de presse, à Paris, le 21 juin 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)