Violences conjugales : le tweet de soutien de Jean-Luc Mélenchon à Adrien Quatennens est "insupportable", juge le député européen Pascal Canfin

Le député européen "ne veut plus de ce rapport de domination masculine violent, mais parfois pas violent, mais tout aussi dominateur". 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Pascal Canfin, le 27 mars 2019. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

Pascal Canfin, député européen macroniste et président de la commission environnement du Parlement européen, a jugé, dimanche 25 septembre dans l’émission Questions Politiques sur France Inter, "insupportable" le tweet de soutien de Jean-Luc Mélenchon à Adrien Quatennens.

Alors que le député LFI avait avoué avoir giflé son ex-épouse et annoncé son retrait de la coordination de son parti, Jean-Luc Mélenchon a publiquement soutenu Adrien Quatennens sur Twitter dénonçant "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux". De plus, il a salué la "dignité" et le "courage" du député sans un mot pour sa compagne. Le tweet du leader de La France insoumise a déclenché une vague de réactions outrées.

"Le tweet de Jean-Luc Mélenchon est insupportable. Il dit au fond : qui est-ce qui est légitime dans cette affaire ? C'est mon bras droit, parce qu'au fond, il est gentil et je l'aime bien. Il n'y a aucun mot, aucun mot, même pas un adjectif, rien qui concerne la victime potentielle. Rien ! C'est ça qu'il faut casser", a réagi Pascal Canfin.

Lutter contre les violences sexistes est un "nouveau défi" 

"Tout le monde peut faire mieux, moi aussi", a admis samedi Jean-Luc Mélenchon, invité de l'émission Quelle époque ! sur France 2.  Il dit "accepter les critiques" sur sa réaction décriée à l'affaire Quatennens. Mais selon l'eurodéputé, l'argument générationnel qui pourrait expliquer la réaction du Jean-Luc Mélenchon ne tient pas : "Il y a des gens qui sont bien plus âgés que moi et qui sont tout à fait conscients des rapports de domination et qui ont toute leur vie lutté contre. C'est un peu facile de dire que c'est un effet générationnel parce que ça exonérait de la responsabilité du changement une partie de la société française", a-t-il expliqué.

La lutte contre les violences contre les femmes est "un nouveau défi", selon lui. "On fait face maintenant. On assume le fait qu'on ne veut plus de ce rapport de domination masculine violent, mais parfois pas violent, mais tout aussi dominateur", a-t-il poursuivi.

Pascal Canfin n'a pas souhaité s'exprimer sur le fond de l'affaire : "Je n'ai rien à dire sur les cas particuliers ni de Julien Bayou, ni sur LFI" et "même si j'avais quelque chose à en dire, je n'ai, par construction, aucune légitimité à en parler". 

"Il faut marteler, marteler, marteler et s'organiser pour que ça ne soit plus possible"

Pascal Canfin, député européen macroniste

à franceinfo

Julien Bayou, secrétaire national du parti Europe Ecologie- Les Verts se retrouve aussi dans la tempête après le témoignage de Sandrine Rousseau lundi dernier dans l'émission "C à vous". L'élue écologiste avait  témoigné sur l'état psychologique de l'ex-compagne de Julien Bayou qu'elle avait reçu chez elle. Cette dernière lui aurait fait part de "comportements qui sont de nature à briser la santé morale des femmes".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jean-Luc Mélenchon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.