Vidéo Jean-Luc Mélenchon "accepte les critiques" sur l'affaire Quatennens

Invité de l'émission "Quelle époque !" sur France 2, le leader de La France insoumise a justifié son soutien au député du Nord, qui a reconnu avoir giflé sa femme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, le 24 septembre 2022 sur France 2. (FRANCE 2)

"Tout le monde peut faire mieux, moi aussi." Jean-Luc Mélenchon a dit, samedi 24 septembre, sur France 2, "accepter les critiques" sur sa réaction décriée à l'affaire Quatennens, expliquant ne pas "avoir voulu se mêler" du divorce de ses amis. Le leader de La France insoumise était interrogé dans l'émission "Quelle époque !" sur son tweet du 18 septembre, qui a outré des féministes et contribué à mettre son mouvement en difficulté.

Dans ce message publié sur Twitter, le chef des insoumis dénonçait "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux" et saluait la "dignité" et le "courage" d'Adrien Quatennens, qui venait d'avouer des violences conjugales et d'annoncer son retrait de la coordination de LFI.

"Vous ne pouvez pas m'interdire de l'aimer"

"J'accepte votre jugement, j'accepte les critiques", a déclaré Jean-Luc Mélenchon samedi soir. Mais il a justifié sa réaction : "Je m'interdis de commenter" le divorce d'amis et une main courante que l'épouse d'Adrien Quatennens souhaitait confidentielle. "Si j'avais dit un mot de trop, c'est elle qui aurait pu me dire : 'De quoi tu te mêles?'", a-t-il ajouté. "Je comprends qu'on dise : 'Non, tu dois intervenir pour le montrer du doigt', mais je pense que c'est une erreur. Il n'y avait même pas d'enquête. Elle dit : 'Je ne veux pas qu'on parle de moi'. Tout le monde s'en fout de ce qu'elle dit, pas moi", a développé l'ancien candidat à la présidentielle (qui avait terminé troisième au premier tour avec 22% des suffrages).

"Tous ceux qui sont féministes – et je me compte dedans – on a le droit de ne pas être d'accord, je ne suis pas d'accord pour que les mains courantes passent dans le public", a déclaré Jean-Luc Mélenchon. "La gifle était il y a un an, il n'y en a pas eu depuis un an, et on doit tenir compte du fait qu'il s'excuse", a-t-il défendu. Adrien Quatennens doit-il démissionner de son mandat de député, après s'être retiré de la coordination de LFI ? "Ma réponse est non. Que ce divorce se termine, que le juge se prononce. Et je souhaite qu'il revienne dans le combat politique", a déclaré Jean-Luc Mélenchon, louant un "jeune homme extraordinairement brillant" que "vous ne pouvez pas m'interdire d'aimer".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France insoumise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.