VIDEO. "Pas une voix au Front national", martèle Jean-Luc Mélenchon, qui en a "ras-le-bol des questions de morale permanente"

L'ex-candidat de la France insoumise à la présidentielle était l'invité de France 3, dimanche 21 mai.

FRANCE 3

Invité de "Dimanche midi" sur France 3, dimanche 21 mai, et interrogé sur ses consignes de vote pour le second tour aux législatives, dans les circonscriptions où le Front national est présent, Jean-Luc Mélenchon a martelé : "Pas une voix au Front national !" Le candidat de la France insoumise, arrivé quatrième à l'élection présidentielle, s'est cependant énervé après cette question : "Il y en a un peu ras-le-bol des questions de morale permanente (...). Vous ramenez toujours les gens dans le casse-noix.  A la fin des fins des fins, il s'agit de choisir entre n'importe qui et madame Le Pen".

"Des macronistes se feront élire pour vous tordre le cou"

"Cela suffit, a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. Nous disons que les gens qui sont responsables de l'élection du Front national, ce sont ceux qui votent Front national, premièrement. Et, deuxièmement, ceux qui poussent à voter Front national. Et, de ces deux accusations, nous sommes, nous, absolument blancs."

"Rendez-vous compte, a-t-il lancé à des électeurs tentés par le FN, qu'à chaque fois que vous reconduisez ces gens-là, vous servez la soupe à n'importe quel pantin. Parce que vous aurez demain des macronistes qui se feront élire pour vous tordre le cou et vous faire appliquer un autre Code du travail, uniquement parce qu'ils auront réussi à vous coller un Front national au second tour !" Jean-Luc Mélenchon se présente aux élections législatives dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, notamment face au député socialiste sortant Patrick Mennucci.

L\'ancien candidat de la France insoumise à la présidentielle participe à Marseille, où il est candidat aux législatives, à une marche contre le fabricant de pesticides Monsanto, le 20 mai 2017.
L'ancien candidat de la France insoumise à la présidentielle participe à Marseille, où il est candidat aux législatives, à une marche contre le fabricant de pesticides Monsanto, le 20 mai 2017. (CITIZENSIDE/MANON THAUST / AFP)