19h le dimanche, France 2

VIDEO. "19h le dimanche". Qu'a donc en tête Jean-Luc Mélenchon ?

Le leader de La France insoumise a raté le second tour de la présidentielle à 600 000 voix, aime-t-il rappeler. Président d’un groupe de 17 députés à l’Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon cherche à mobiliser la rue contre la politique d'Emmanuel Macron. Pour aller jusqu’à l'Elysée ? Extrait du magazine "19h le dimanche" du 24 septembre.

Voir la vidéo
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Mais qu’a donc en tête Jean-Luc Mélenchon, autoproclamé "président bis" ? Un titre selon lui légitime, fort de ses 19,6% des suffrages obtenus au premier tour de l’élection présidentielle 2017. Un score qui l’a cependant placé au quatrième rang le printemps dernier, derrière Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon.

Le leader de La France insoumise ne manque pas de rappeler qu’à 600 000 voix près, il aurait été qualifié pour le second tour de scrutin. Se voulant le premier adversaire d'Emmanuel Macron, l’ancien trotskiste devenu sénateur socialiste sait s’opposer. Notamment contre son propre parti en 2005 sur le projet de Constitution européenne. Il en claquera la porte dans la foulée…

Personnalité préférée de 68% des sympathisants de gauche

Jean-Luc Mélenchon préside aujourd’hui le groupe La France insoumise à l’Assemblée nationale. Avec 17 députés, c’est l’avant-dernier groupe du palais Bourbon. Le député de Marseille y voit le point de départ de sa conquête du pouvoir national. De ce point stratégique, il entend faire la jonction entre opposition parlementaire et mouvement social.

Au-delà des 540 000 adhérents revendiqués de son parti, c’est la rue qu’il veut mobiliser contre la politique d’Emmanuel Macron dénoncée comme un "coup d’Etat social". C’est avec la rue qu’il veut dépasser la CGT, le Parti communiste et ramener certains électeurs du Front national. La rue pour construire le procès en légitimité du président élu. La personnalité préférée de 68% des sympathisants de gauche se verrait bien à l’Elysée dans cinq ans. Mais pourquoi attendre ?