Union de la gauche : le député Alexis Corbière propose "un nouveau nom" à EELV : "Europe Hégémonie Les Verts"

Le député de La France insoumise regrette que, pour le secrétaire national d'EELV, "le rassemblement, c'est derrière eux ou rien".

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

"À l'heure actuelle, on discute avec des gens, on a le sentiment, je pense notamment à Europe Écologie-Les Verts [EELV], que c'est derrière eux ou rien. Moi, je leur propose un nouveau nom : Europe Hégémonie-Les Verts", a lancé le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière, mardi 8 septembre sur franceinfo.

"Aux municipales, il y a des villes, que ce soit Grenoble, Lyon, Marseille, où les insoumis étaient dans des listes communes, derrière des personnalités écologiques. On a accepté de jouer le jeu, de ne pas considérer qu'on devait avoir la tête de liste ou rien", explique Alexis Corbière. Mais le député LFI lors des discussions pour les élections régionales déplore que "Julien Bayou [secrétaire national d'EELV] m'explique que c'est derrière eux ou rien"

"Julien Bayou explique qu'à la présidentielle, le rassemblement, c'est derrière eux ou rien", insiste Alexis Corbière. Pour le député de la France insoumise, les écologistes "n'analysent pas bien leurs résultats aux élections". "Ce qui m'obsède : l'abstention de masse. La Ve République est en crise, de plus en plus de gens ne vont plus voter", a-t-il souligné. "Et Jean-Luc Mélenchon, dans ce jeu-là, peut-être qu'il n'est pas le seul, peut apporter" son "expérience" et son "rayonnement".

Jean-Luc Mélenchon "a envie" de se présenter à la présidentielle

"C'est pourquoi le sectarisme et la ligne 'Tout sauf Mélenchon' ne donnera rien", a expliqué Alexis Corbière. Selon lui, Jean-Luc Mélenchon "a envie" de se présenter à la présidentielle en 2022. "Pour avoir beaucoup discuté avec lui il y a un an, un an et demi, il s'interrogeait vraiment sur sa propre volonté. Il pense effectivement que dans cette période troublée, l'expérience qu'il a accumulée, le rayonnement qu'il a accumulé, peuvent être utiles", a affirmé le député de Seine-Saint-Denis.

D'autres candidats sont-ils possibles au sein de La France insoumise ? "Ça vaut le coup de vérifier", a répondu Alexis Corbière. "On le décidera collectivement", a-t-il poursuivi, tout en assurant que si François Ruffin souhaitait être candidat il n'y aurait "pas de problème", "pourquoi pas".

Enfin, sur la question d'une alliance avec le Parti socialiste, Alexis Corbière a assuré que sa "ligne, c'est pas de division artificielle, mais pas d'union superficielle". Selon lui, le PS "continue à ne rien remettre en cause de ce qu'ils ont fait précédemment". "Si, par contre, il y a un débat qui s'ouvre, moi je suis preneur de ce débat. Ce n'est pas une question de posture de ma part, c'est une question de dynamique politique", a-t-il résumé.

Le député de La France insoumise Alexis Corbière était l\'invité du\"8h30 franceinfo\" le  mardi 8 septembre.
Le député de La France insoumise Alexis Corbière était l'invité du"8h30 franceinfo" le  mardi 8 septembre. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)