Présidentielle : Jean-Luc Mélenchon prévoit 273 milliards de dépenses publiques dans son programme

Le candidat à la présidentielle a présenté sa stratégie de relance économique sur Youtube, dimanche.

Jean-Luc Mélenchon présente son programme de relance économique lors d\'un direct Youtube filmé à Paris, le 19 février 2017.
Jean-Luc Mélenchon présente son programme de relance économique lors d'un direct Youtube filmé à Paris, le 19 février 2017. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Il prévoit 273 milliards d'euros de dépenses publiques sur cinq ans. Jean-Luc Mélenchon a dévoilé sa stratégie de relance économique lors d'une émission de plus de cinq heures diffusée sur Youtube et Facebook, dimanche 19 février. Le candidat à la présidentielle s'est engagé à un plan d'investissements de 100 milliards d'euros sur cinq ans et à 173 milliards de dépenses publiques supplémentaires, axées sur l'emploi et la lutte contre la pauvreté.

Ces 100 milliards d'euros d'investissements, financés par l'emprunt, seraient débloqués dès son élection. L'objectif est "d'injecter une masse suffisante qui remette en route l'activité". Quelque 173 milliards d'euros seraient, en parallèle, ajoutés à la dépense publique actuelle. Ils seraient compensés notamment par la supression du pacte de responsabilité ou la lutte contre la fraude fiscale.

Un taux de chômage abaissé à 6% en 2022

L'équipe d'experts du candidat compte en outre sur une forte progression des recettes pour financer ce programme. La baisse du chômage ainsi qu'un taux d'inflation favorable, qui bondirait de près de 0% aujourd'hui à plus de 4% à la fin du quinquennat, permettraient ainsi de rapporter 190 milliards d'euros à l'Etat sur cinq ans.

Jean-Luc Mélenchon a dit vouloir ramener le taux de chômage de 10 à 6% d'ici 2022, tout en promettant un taux de croissance annuel supérieur à 2% par an dès 2018. Ces prévisions sont très supérieures à celles du gouvernement actuel, de la commission européenne ou du FMI. L'équipe du candidat à la présidentielle justifie ce sursaut économique par "l'efficacité" de son programme, "l'Avenir en commun".