Pour Mélenchon, Garrido concentre "la hargne" de "la caste" médiatique

Dans une longue note de blog, le leader de La France insoumise prend la défense de sa porte-parole, critiquée pour son arrivée sur C8.

Raquel Garrido (à gauche) et Jean-Luc Mélenchon, le 10 décembre 2013 à Béthune (Pas-de-Calais).
Raquel Garrido (à gauche) et Jean-Luc Mélenchon, le 10 décembre 2013 à Béthune (Pas-de-Calais). (DENIS CHARLET / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Du calme !" Dans une note de blog consacrée au "stupéfiant délire" de "la scène médiatique" sur les "Insoumis", le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, estime que Raquel Garrido, porte-parole de sa formation, qui devient chroniqueuse sur C8, "concentre la hargne de la caste" médiatique. "L'arrivée de Raquel Garrido sur C8 a polarisé la hargne de la caste", assure le député des Bouches-du-Rhône.

D'abord "parce que c'est une femme", juge Mélenchon, ensuite parce qu'elle a "du talent", est "cultivée", "parle quatre langues" et a "une longue expérience de l'engagement intellectuel". "Elle sait ordonner et exprimer un point de vue sans jargonner et être pédante", ajoute-t-il, précisant qu'"elle n'est pas mandatée, ni par moi ni par personne".

"Une chroniqueuse brillante et percutante"

Il critique le fait que "la médiacratie" n'avait "rien à redire quand (Daniel) Cohn-Bendit nous agonisait de postillons sur Europe 1 ou que Roselyne Bachelot officiait ici et là". Défendant sa porte-parole, qui a été accréditée jeudi à Matignon et a posé une question à Edouard Philippe lors de la conférence de presse de présentation des ordonnances réformant le Code du travail, le député a évoqué "une chroniqueuse brillante et percutante".

Quant au choix de cette militante, très décrié, de travailler pour une chaîne appartenant à Vincent Bolloré, il a suggéré à des journalistes "pédants" d'"aller voir tous ceux qui travaillent pour un capitaliste et (de) leur demander de renoncer à leur poste !" "Toute personne qui va au travail fait un grand compromis avec le capital puisqu'elle lui cède gratuitement une part de la plus-value qu'elle crée", rappelle-t-il, persiflant : "un peu de marxisme aiderait certains à penser plus finement".

"La hargne contre les Insoumis pourraient inspirer les violents"

Mais, nuance le député, qui présente son mouvement La France insoumise comme victime d'"une horde médiatique glapissante, écumante de haine", que "l'étau se soit desserré grâce à l'embauche d'une ou deux personnes proches de nous ne nous fait pas perdre de vue le tableau d'ensemble (...) : tous les journalistes politiques sans exception ont un point de vue politique et c'est d'ailleurs pour ça qu'ils sont recrutés plutôt que d'autres".

L'ancien candidat à la présidentielle se fend enfin d'une mise en garde. "La hargne contre les insoumis et leurs porte-parole pourrait un jour mal tourner et inspirer des violents. Je suppose que les plus orduriers diront alors que nous l’aurons bien cherché (...) Ça va trop loin !", estime Jean-Luc Mélenchon.