La "marée populaire" de Mélenchon minorée par Philippe et Ferrand

La journaliste du service politique de France 3 Danielle Sportiello décrypte dimanche 27 mai sur le plateau du "Soir 3" l'actualité de la semaine.

Voir la vidéo
France 3

La majorité s'est donné le mot dimanche 27 mai pour répondre à la "marée populaire" de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise). Il fallait rester dans la métaphore maritime. Édouard Philippe n'a vu dans la manifestation de la veille qu'un "petit coefficient de marée". Idem pour Richard Ferrand sur France 3 dimanche midi : "La marée n'a pas eu le temps de monter qu'il y a déjà le reflux, voire le ressac". Jean-Luc Mélenchon ne s'est pas laissé démonter et a annoncé sur son blog "un avis de tempête dans les semaines à venir".

Nouvelle affaire Collomb

La sortie de Gérard Collomb dimanche sur la responsabilité des manifestants dans le maintien de l'ordre a fait polémique : "Si on veut garder le droit de manifester, il faut que les personnes qui veulent exprimer leur opinion puissent aussi s'opposer aux casseurs". Toute la gauche a réagi. Pour le PS, ce sont des propos "irresponsables". La loi est claire. Le maintien de l'ordre est l'affaire des gendarmes mobiles, des CRS et des policiers de la BAC. Le ministre de l'Intérieur cumule les sorties de route après avoir émis des réserves sur la limitation de vitesse à 80 km/h.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes participant à la \"marée populaire\", contre la politique d\'Emmanuel Macron, le 26 mai 2018 à Paris.
Des personnes participant à la "marée populaire", contre la politique d'Emmanuel Macron, le 26 mai 2018 à Paris. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)