Dimanche en politique, France 3

VIDEO. Jean-Luc Mélenchon : "Monsieur Macron n'est pas sûr de gagner"

Jean-Luc Mélenchon est l'invité de "Dimanche en politique" le 21 mai. Le leader de la France insoumise se rêve en principal opposant à Emmanuel Macron, et dit vouloir incarner une alternative de gauche face au gouvernement de coalition d'Edouard Philippe. Les législatives de juin seront, pour lui, l'occasion d'établir de nouveaux rapports de force.

FRANCE 3

Ce 21 mai 2017, Jean-Luc Mélenchon, député européen et leader de La France insoumise, est l’invité de "Dimanche en politique". Il est resté aux portes du deuxième tour de la présidentielle avec 19,6%. Aujourd’hui, il se lance donc dans les législatives en investissant des candidats partout en France et tente, pour lui-même, la conquête d’une circonscription tenue par le PS à Marseille. Le leader de la France insoumise espère ainsi faire fructifier les 7 millions de voix recueillies lors du premier tour de la présidentielle. Il se rêve en principal opposant à Emmanuel Macron et, pourquoi pas, Premier ministre…

L'enjeu des législatives

L’enjeu des législatives pour la campagne des Insoumis, c’est bien sûr de trouver une majorité à l’Assemblée nationale, mais aussi lutter contre la réforme programmée du code du travail. Jean-Luc Mélenchon est candidat dans la quatrième circonscription des Bouches-du Rhône. Il y est donné favori par deux sondages face à la candidate LREM Corinne Versini, alors que Patrick Mennucci, député PS sortant, serait en difficulté. Il y a au total, dans l'Hexagone, 560 candidats de la France insoumise.

"Incarner une alternative humaniste, écologique et sociale"

"Le nouveau tableau est le suivant : la nouvelle coalition gauche-droite et puis une alternative d'extrême droite, comme dans beaucoup de pays d'Europe et ce qui est nouveau, et qui n'existe pas dans tous les pays d'Europe, une alternative humaniste, écologique et sociale que j'essaie d'incarner. On a un véritable remuement total de la carte politique du pays. Et c'est ça qui va se jouer aux législatives, car monsieur Macron n'est pas sûr de gagner", estime Jean-Luc Mélenchon.

Sur le gouvernement Philippe et les chantiers à mener, pour Jean-Luc Mélenchon, "monsieur Macron a réussi à faire le gouvernement de coalition que l’on voit partout dans toute l’Europe, c’est-à-dire des socialistes et des gens de droite plus quelques personnes rebaptisés ‘société civile’…" Mais il "garde [mon] estime à monsieur Hulot, qui est un écologiste. Dans six mois, il s’en va face à un Premier ministre qui est un nucléariste."

Mali : "Il faut savoir finir un combat"

Que pense le leader de la France insoumise du voyage au Mali d’Emmanuel Macron, président et nouveau chef des armées ? "Nous sommes engagés et je n’ai pas le profil d’un tireur dans le dos, mais il faut savoir finir un combat et avoir une perspective politique. Sur le Mali et l’opération Barkhane, Il faut que nous partions aussi tôt que possible quand les conditions politiques seront réunies." Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon partage l’avis du président de la République de créer une quatrième armée capable de lutter contre les cyber-attaques.

Jean-Luc Mélenchon, le 11 mai 2017 à Marseille pour le lancement de sa campagne pour les élections législatives. 
Jean-Luc Mélenchon, le 11 mai 2017 à Marseille pour le lancement de sa campagne pour les élections législatives.  (GERARD BOTTINO / CITIZENSIDE / AFP)