Cet article date de plus de sept ans.

Mélenchon, Sarkozy et l'UMP : Désir tire à vue

Pour sa rentrée politique, le premier secrétaire du PS s'est montré très offensif à l'égard de l'opposition, mais aussi du leader du Front de gauche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le premier sécretaire du PS, Harlem Désir, répond aux questions des journalistes devant l'Elysée, à Paris, le 22 juillet 2013. (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Le premier secrétaire du PS signe une rentrée offensive. Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sarkozy, l'UMP… Invité de France Info lundi 19 août, Harlem Désir a fait feu de tout bois. Florilège.

1Sarkozy "ne voyait pas plus loin que le prochain SMS"

Comme France Info a demandé à Harlem Désir s'il était opportun de placer la rentrée du gouvernement sous le signe de "la France de 2025", l'eurodéputé a tranché : "C'est une réflexion indispensable pour l'avenir. Il faut tourner la page des dix années noires qui viennent de s'écouler, celles où la droite a gouverné." Et d'ironiser : "C'est autre chose que Sarkozy, qui ne voyait pas plus loin que le prochain SMS."

2L'UMP "fermée pour cause d'inventaire"

Vantant les mérites du séminaire gouvernemental qui se projette douze ans en avant, le patron des socialistes a estimé qu'il "faut se projeter dans l'avenir si on veut réussir à donner à la France toute sa force". Il faut "penser loin", ajoute Harlem Désir, qui juge que l'"UMP ne fait aucune proposition". D'après lui, l'opposition "n'a aucune idée sur rien parce qu'elle est fermée pour cause d'inventaire".

3Mélenchon a "mâché trop de feuilles de coca"

Si Harlem Désir tape sur la droite, il n'épargne pas Jean-Luc Mélenchon. Invité à réagir aux critiques du leader du Front de gauche à l'encontre de l'exécutif et plus particulièrement de Manuel Valls, le premier secrétaire du PS répond par l'ironie. "Il cherche à attirer l'attention et parfois même au prix de la division de la gauche. Il vaut mieux que cela. Quand je l'ai entendu, je me suis demandé s'il n'avait pas mâché trop de feuilles de coca pendant son séjour en Amérique latine", raille Harlem Désir. Et d'ajouter, "plus sérieusement", que "la division de la gauche enverrait un boulevard à Copé et Le Pen".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.