Cet article date de plus de sept ans.

Martine Aubry et le scénario du pire

La maire de Lille et ancienne patronne du PS a fait un retour remarqué sur la scène politique ce week-end en critiquant la politique économique du gouvernement. Mais Martine Aubry se se présente pas en "recours".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Face aux critiques de Martine Aubry, Manuel Valls a assuré avoir les "nerfs solides" © REUTERS | Pascal Rossignol)

"Martine Aubry n’est certaine que d’une chose… c’est qu’elle a raison ". C'est un conseiller gouvernemental qui nous parlait ainsi hier quand nous évoquions la stratégie de la maire de Lille. Car pour le reste, comme le dit ce conseiller,  c’est en grande partie un mystère. Martine Aubry le dit et le redit, elle n’est candidate à rien sauf au débat d’idées. Tous ses proches confirment qu’elle ne vise pas Matignon, le PS ou la prochaine élection présidentielle. Et ce matin sur France Inter, elle a assuré qu'elle n'était ni un recours, ni une frondeuse.

"Je ne souhaite pas être un recours, je souhaite simplement pouvoir débattre" (Martine Aubry avec Patrick Cohen)
écouter

En revanche,  certains de ses amis ont un scénario en tête. La situation économique se dégrade encore, les élections à venir sont une catastrophe, la majorité s’étiole  et François Hollande est contraint de changer d’équipe gouvernementale et d’y intégrer toutes les composantes du Parti socialiste. Dans toutes les hypothèses, Martine Aubry et ses fidèles jouent le scénario du pire en disant vouloir le plus grand bien à la gauche. La maire de Lille veut être utile, "pas au pouvoir, à côté pour gagner des batailles autrement"  explique l’un de ses proches.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.