Marlène Schiappa répond à l'attaque sexiste d'un maire d'extrême droite

Le maire de Villedieu-le-Château (Loir-et-Cher) a insulté sur Twitter la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité femmes-hommes qui confiait dans le "JDD" être "sapiosexuelle".

La secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, à l\'Assemblée nationale, le 20 mars 2019.
La secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, à l'Assemblée nationale, le 20 mars 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)

"Jamais plus agressif avec les femmes qu’un homme inquiet pour sa virilité". C'est en reprenant les mots de Simone de Beauvoir dans Le Deuxième sexe (1949) que Marlène Schiappa a répondu, mardi 6 août, à l'attaque sexiste de Jean-Yves Narquin, maire d'extrême droite de Villedieu-le-Château (Loir-et-Cher). La veille, l'édile affilié au Rassemblement national avait déclaré sur Twitter (tweet supprimé depuis) "On savait déjà qu'elle était reine de la pipe d'après ses confessions ! Mais si en plus elle réfléchit pendant qu'elle suce...Où va-t-on !"

Le maire commentait un portrait de la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes publié dans le Journal du dimanche, la veille, dans lequel Marlène Schiappa se disait "sapiosexuelle", soit l'attirance pour l'intelligence.

Jean-Yves Narquin réfute toute injure

"Cet élu RN a organisé son insolvabilité pour éviter de payer la pension alimentaire & été reconnu coupable d’abandon de famille", a rétorqué Marlène Schiappa sur Twitter, faisant écho à la condamnation du maire pour "abandon de famille" en 2014, rappelle La Nouvelle République.

Interrogé par France 3, Jean-Yves Narquin nie le caractère injurieux de ses propos, mais n'hésite pas à menacer de poursuites en diffamation les "guignols de LREM" et autres "têtes de vainqueur" qui l'interpellent sur le réseau social.

La sœur de Jean-Yves Narquin, Roselyne Bachelot, a apporté son soutien à Marlène Schiappa sur Twitter. "Je condamne les propos ignobles et obscènes proférés par Jean-Yves Narquin à votre encontre", a-t-elle écrit.