Présidentielle : le programme du RN "sera centré sur la défense des intérêts de la France", indique Louis Aliot

Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national à l'élection présidentielle, a fait dimanche son discours de rentrée à Fréjus.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Louis Aliot, maire Rassemblement national de Perpignan. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

"Notre programme sera calibré et centré sur la défense des intérêts de la France, dans une mondialisation qui est en train de ruiner nos entreprises, nos agriculteurs, et nos industries", indique dimanche 12 septembre sur franceinfo Louis Aliot, maire du Rassemblement national de Perpignan et vice-président du parti, à l'occasion de la rentrée politique de Marine Le Pen à Fréjus (Var). La candidate du RN a déclaré dans son discours que la prochaine élection présidentielle sera "un choix de civilisation"

franceinfo : Qu'est-ce que Marine Le Pen a appris du débat du second tour en 2017 ?

Louis Aliot : Elle en a tiré toutes les conclusions. Elle a beaucoup travaillé depuis la dernière élection présidentielle, son équipe est formée, vous la connaîtrez au fur et à mesure de la campagne. Mais il ne faut pas se focaliser sur des histoires de débat. Quand on voit comment des gens se font élire à la tête de la France, comme M. Sarkozy, M. Hollande ou M. Macron et qu'on voit le résultat de leur quinquennat, on constate que lorsqu'ils sont au pouvoir, soit ils font l'inverse, soit ils ne font rien.

Notre programme sera calibré et centré sur la défense des intérêts de la France, dans une mondialisation qui est en train de ruiner nos entreprises, nos agriculteurs, et nos industries. Il y aura donc un gros volet sur la souveraineté de la France, sur la sécurité, sur la défense de notre identité et sur la prospérité économique, par notamment les petites entreprises et commerçants, qui sont les grands délaissés de la politique de M. Macron.

Marine Le Pen veut nationaliser les autoroutes et privatiser l'audiovisuel public. Est-ce que ce n'est pas un peu contradictoire ?

Ça prouve qu'il n'y a pas une idéologie qui sous-tend tout cela. Les autoroutes ont été une très bonne affaire pour les entreprises privées et qu'il serait bon aujourd'hui qu'elles reviennent dans le giron de l'État. En Espagne par exemple, l'État a garanti la gratuité des autoroutes pour tout le monde. C'est un rachat, mais aussi un investissement car ces sociétés font d'énormes bénéfices. Il n'est pas anormal que le réseau routier revienne à l'État et que l'on fasse payer tout le trafic de tous les camions de marchandise étrangers qui utilisent des routes que les Français ont payé.

Si Eric Zemmour était candidat, ce serait un danger ?

Ce n'est pas un danger. Comme je l'ai déjà dit, c'est un petit caillou dans la chaussure. M. Zemmour vient du RPR, et dans les intentions de vote, il prend beaucoup plus aux candidats de la droite qu'il ne prend à la candidate du RN. Ce sont donc des querelles dont les Français sont très éloignés. Si M. Zemmour veut se présenter, qu'il se présente. Mais je pense qu'il fait une erreur, je lui ai dit, puisque je le connais bien. Il devrait se rassembler derrière Marine Le Pen et derrière notre famille politique. Je ne vois pas comment il pourrait défendre les idées qu'il défend en cherchant à mettre autour de lui des gens qui viennent de Mme Pécresse, de M. Bertrand ou de gens comme ça.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Marine Le Pen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.