Présidentielle 2022 : y aura-t-il un front républicain de la part des électeurs de gauche ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Présidentielle 2022 : y aura-t-il un front républicain de la part des électeurs de gauche ?
france 2
Article rédigé par
V. Astruc, L. Krikorian, N. Bergot - France 2
France Télévisions

Déçus, de plus en plus d'électeurs venus de la gauche, qui avaient été séduits par Emmanuel Macron ou avaient voulu faire barrage à Marine Le Pen au second tour, en 2017, rejettent à présent le "front républicain". 

Dans un quartier populaire de Poitiers (Vienne), traditionnellement de gauche, les habitants avaient massivement voté pour Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 afin de faire barrage à Marine Le Pen au second tour. Pourtant, l'électorat de gauche, qui appelait auparavant au front républicain, est en train de changer d'avis. En cas d'un nouveau duel Macron-Le Pen, une électrice de gauche de Poitiers confie qu'elle ne voterait a priori pas pour l'actuel président : "C'est fini, j'en ai ras-le-bol de me faire avoir comme ça (...), il fait une politique de droite, c'est évident".

Des avis moins tranchés du côté des jeunes

Pour certains, déterminés, pas question de remettre dans l'urne un bulletin de vote en faveur d'Emmanuel Macron. Mais ils n'ont pas pour autant abandonné la lutte contre l'extrême droite. "Pour moi, l'extrême droite, c'est l'horreur absolue, et je n'abandonnerai jamais ce combat-là. Mais ce combat, pour moi, ne passe pas par Macron", affirme un habitant de Poitiers, qui ajoute que "Macron peut toujours faire de l'affichage, pour moi, c'est le carburant qui nous mène à l'extrême droite". Des jeunes de gauche ont un avis moins tranché : certains disent par exemple qu'ils voteront soit blanc, soit pour Emmanuel Macron. Mais l'argument de la menace de l'extrême droite n'effraie plus certains électeurs, convaincus que l'actuel chef de l'État gagnerait encore une fois en 2022 face à Marine Le Pen. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Marine Le Pen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.