Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour quelles que soient les hypothèses à droite, y compris une candidature d'Eric Zemmour, selon notre sondage

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et "Le Parisien/Aujourd'hui" en France publié vendredi, Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affronteraient au second tour de l'élection présidentielle en 2022 quelles que soient les autres candidatures, y compris celle d'Eric Zemmour.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Marine Le Pen (Rassemblement national) et Emmanuel Macron (La République en marche) avant le débat de l'entre les deux tours de l'élection présidentielle, le 3 mai 2017. (ERIC FEFERBERG / POOL)

À sept mois du premier tour de l'élection présidentielle du 10 avril 2022, Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont toujours en tête des intentions de vote, selon un sondage Ipsos-Sopra Steria publié vendredi 3 septembre pour franceinfo et Le Parisien/Aujourd'hui en France. Le chef de l'Etat sortant est crédité de 24 à 26% des voix et la présidente du Rassemblement national de 19 à 23%, en fonction des scénarios. Six hypothèses différentes ont été testées, en fonction du candidat qui sera soutenu par les Républicains et de la candidature ou non d'Éric Zemmour.

Bertrand, Pécresse et Barnier crédités de 11 à 17%

"Marine Le Pen maitient aujourd'hui sa possibilité d'être au second tour, mais son niveau s'est tassé, analyse sur franceinfo le délégué général d'Ipsos, Brice Teinturier. On peut avoir un match à trois, alors que Les Républicains n'ont pas encore choisi comment ils allaient désigner leur candidat". En effet, dans chacune des hypothèses étudiées, le candidat de la droite arrive en troisième position des intentions de vote. Xavier Bertrand recueille 15 à 17% des intentions de vote en fonction de la candidature ou non d'Éric Zemmour, Valérie Pécresse en obtient 14 à 16%, et Michel Barnier entre 11 et 13%. 

"L'écart s'est beaucoup resseré entre Xavier Bertrand et Valérie Pécresse" devant Michel Barnier, selon Brice Teinturier. "Il n'y a rien de décisif, même si l'opinion fait apparaître un avantage pour Xavier Bertrand." Ces trois personnalités ont effectivement été testées auprès des sympathisants LR-UDI, alors qu'une primaire n'est toujours pas confirmée pour désigner le candidat de la droite. Xavier Bertrand recueille ainsi 39% d'opinions favorables à droite, Valérie Pécresse est à 29%, et Michel Barnier à 22%. Des sympathisants qui ne sont qu'à 29% pour l'organisation d'une primaire. 41% d'entre eux privilégient la solution du choix de leur candidat "dans le cadre d'un congrès" réunissant "les dirigeants de la droite".

Dans le cas d'une candidature, Éric Zemmour recueille lui entre 8 et 8,5% des intentions de vote. Un score qui n'est "pas négligeable", selon le délégué général d'Ipsos, mais qui "ne change pas tant que ça la donne" puisque l'électorat du polémiste "vient à peu près mordre autant sur le RN que sur LR".

Près de 7 Français sur 10 pensent aller voter

La gauche, elle, "reste à un niveau très faible et très morcelé" puirsqu'elle ne pèse au total qu'un tiers des intentions de vote au premier tour de la présidentielle 2022, selon le sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien/Aujourd'hui en France. "Il n'y a pas de position dominante forte, avec Yannick Jadot plutôt en tête à 10%, mais juste devant Anne Hidalgo à 9% et Jean-Luc Mélenchon entre 8 et 8,5%", analyse Brice Teinturier. Selon lui, il n'est "pas anodin que le candidat écologiste fasse un score identique ou supérieur à celui des socialistes". Après les élections européennes, puis municipales et régionales, c'est une tendance qui semble donc se confirmer.

Pour le reste des intentions de vote au premier tour de la présidentielle 2022, Nicolas Dupont-Aignan recueille 2 à 5% des intentions de vote, selon le candidat qui s'alignerait à droite et la candidature ou non d'Éric Zemmour. Arnaud Montebourg est à 2%, juste devant le communiste Fabien Roussel qui ferme la marche à 1,5%.

69% des Français interrogés se disent "certains" ou "presque certains d'aller voter". 31% se disent "abstentionnistes "probables" ou "potentiels". 11 à 16% de ceux qui se disent "certains d'aller voter" n'ont pas souhaité exprimer d'intention de vote.

Ce sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien/Aujourd'hui en France a été réalisé sur le terrain les 2 et 3 septembre 2021 auprès d'un échantillon de 925 personnes inscrites sur les listes électorales et représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Marine Le Pen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.