Cet article date de plus de trois ans.

Marine Le Pen entre en campagne, Emmanuel Macron en ligne de mire

Marine Le Pen a lancé sa campagne dimanche et dévoilé les 144 propositions de son programme. La candidate du FN à la présidentielle a aussi désigné ses principaux adversaires dans la course à l'Elysée et tout particulièrement l'ancien ministre de l'Economie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen lors de son meeting à Lyon, le dimanche 5 février 2017. (?FRANCK CASTEL/WOSTOK PRESS / MAXPPP)

Elle est entrée en campagne en grande pompe. Une heure de discours, 5 000 spectateurs selon le FN et près de 150 propositions. Marine Le Pen, la candidate du Front national à la présidentielle d'avril prochain, a présenté son programme dimanche 5 février à Lyon en clôture des "assises" de son parti. Dans la foulée, le clip de campagne de la candidate a été diffusé sur les réseaux sociaux.

Un adversaire en ligne de mire : Emmanuel Macron

Marine Le Pen a aussi désigné ses principaux adversaires dans la course à l'Elysée et notamment l'ancien ministre de l'Economie Emmanuel Macron. Jamais cité, mais largement évoqué : "Avec les mondialistes, les cultures des peuples sont destinées à être gommées. On fait croire à 'monsieur tout le monde' qu'il sera un 'winner'".

Contre la droite du fric et la gauche du fric, je suis la candidate de la France du peuple

Marine Le Pen

Pour Florian Philippot, le vice-président du Front national, difficile de savoir "au nom de qui il parle [Emmanuel Macron]". "Alain Minc ? Jacques Attali ? Les socialistes qui sont en train de la rejoindre ? La banque Rothschild ?..." Florian Philippot qui voit là une confrontation plutôt favorable à sa candidate : "C'est un bon adversaire parce que c'est un mondialiste assumé. Il est fou amoureux de l'Union Européenne, fou amoureux de l'immigration massive. [...] Mais ça va faire pschitt !" 

Macron, je crains que l'on ne l'ait pas au second tour. Ça va faire pschitt !

Florian Philippot

à franceinfo

Visiter tous les départements d'ici le premier tour

Marine Le Pen entend maintenant passer la vitesse supérieure dans sa campagne. Elle va multiplier les déplacements sur le terrain. Elle veut être allée dans tous les départements d'ici le premier tour, mais aussi à l’étranger, comme en fin de semaine au Liban. Elle prévoit des réunions dans des salles des fêtes, mais aussi neuf grands meetings. Le premier sera à Nantes, le 26 février.

Marine Le Pen entre en campagne et en confrontation avec Emmanuel Macron. Le reportage de Julien Langlet
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.