Loi Travail : Manuel Valls annonce un plan de 400 à 500 millions pour la jeunesse

Le Premier ministre Manuel Valls annonce une série de mesures après avoir reçu les syndicats étudiants et lycéens, mobilisés contre le projet de loi Travail porté par la ministre Myriam El Khomri.

(Manuel Valls a fait de nouvelles propositions aux jeunes © REUTERS / Charles Platiau)

Le Premier ministre a proposé ce lundi matin des mesures pour aider les jeunes les moins aisés à accéder à un diplôme, à trouver un emploi et à améliorer leur accès au logement et à la santé. Manuel Valls recevait à Matignon les organisations lycéennes et étudiantes, mobilisées contre le projet de loi Travail depuis plus d'un mois. 

Aide à la recherche du premier emploi (Arpe) : elle sera destinée aux jeunes diplômés boursiers (CAP, bac pro, BTS, DUT, licence, master ou diplôme d'ingénieur) cherchant un travail. Ils la toucheront pendant quatre mois. 126.000 jeunes pourront la toucher à la rentrée 2016 selon le gouvernement. Coût estimé de cette mesure : 130 millions d'euros maximum en année pleine.

CDD : le renchérissement du coût des contrats à durée déterminée sera rendu obligatoire. Une "surcotisation" via les contributions patronales, dont le barème sera défini par les partenaires sociaux.

Apprentissage : l'Etat va débloquer  80 millions d'euros pour relever les minima salariaux légaux des jeunes de 16 à 20 ans en apprentissage.

Bourses lycéens : elles seront augmentées de 10% à la rentrée 2016, le montant moyen progressant selon le gouvernement de 63 euros par an, à 697 euros. Coût estimé : 28 millions d'euros.

Bourses étudiants : 25 000 bourses de 1 000 euros par an vont être créées pour des étudiants qui ne bénéficiaient jusqu'alors que de l'exonération des droits d'inscription (boursiers en "échelon 0"). Coût estimé : 25 millions d'euros.

Bourses pour les "décrocheurs" de 16 à 18 ans qui reprennent des études : 12.500 bourses de 1.000 euros seront créées à la rentrée 2016. Coût estimé :  12,5 millions d'euros.

Accès au logement : un droit universel à la garantie locative pourrait être mis en place pour les jeunes de moins de 30 ans. Coût estimé : 100 millions d'euros par an, porté par Action logement qui est financé par des cotisations sociales.

Accès à la couverture maladie universelle (CMU-C) : il sera accéléré pour les jeunes en rupture avec leur famille. Coût estimé : 15 à 20 millions d'euros.

Bacheliers professionnels et technologiques : pour améliorer les poursuites d'études des bacheliers professionnels et technologiques, mise en place d'un plan de création de 2.000 places en section STS par an pendant 5 ans. Coût estimé : 120 millions d'euros sur 5 ans. Des quotas réservés aux bacheliers des filières technologiques seront fixés dans les IUT.

Insertion professionnelle des jeunes : le gouvernement va engager dans les prochaines semaines une concertation avec les partenaires sociaux.

A LIRE AUSSI ►►► L'UNEF "satisfaite" des annonces du gouvernement en faveur des jeunes