Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : "Je ne sais même pas s'il existe encore un avenir au sein des Républicains", dénonce un jeune militant qui claque la porte

franceinfo a rencontré ces jeunes militants LR qui refusent de rester dans un parti qui n'est pas clairement dans l'opposition à Emmanuel Macron.
Article rédigé par franceinfo, Audrey Tison
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'entrée du siège du parti Les Républicains, à Paris, le 29 novembre 2016. (BERTRAND GUAY / AFP)

Colère et malaise chez les Jeunes Républicains. En Bretagne, deux fédérations départementales du mouvement de jeunes ont décidé de s'auto-dissoudre, en signe de protestation contre la ligne nationale du parti LR, et surtout le choix de la majorité des députés de ne pas voter la motion de censure qui aurait renversé le gouvernement.

>> Réforme des retraites : l'ombre du 49.3 plane au-dessus du premier congrès du parti Horizons

Ils ont ainsi fait chauffer leur téléphone, dès l'échec de la motion de censure. Pour ces jeunes de droite, ce vote n'avait plus rien à voir avec la réforme des retraites : il fallait absolument marquer la différence avec Emmanuel Macron. "Lorsqu'on est élu en opposition à des candidats du président de la République, derrière, on est dans l'opposition, et on vote la motion de censure. Devant ce point de rupture, on a été nombreux à claquer la porte et à dire que ça suffit", explique Mathieu Maston, qui met ainsi un terme à sept ans d'engagement dans le parti. 

"Aucune connexion avec la jeunesse"

Et il n'est pas le seul : les fédérations du Morbihan, puis d'Ille-et-Vilaine décident de s'auto-dissoudre, choix validé par un vote des militants. Une soixantaine de jeunes LR quittent donc le navire, après cette "goutte d'eau qui a fait déborder le vase", d'après Théo Thomas.

"Le vrai problème des Républicains, aujourd'hui, c'est qu'ils n'ont aucune connexion avec la jeunesse. En réalité, ils sont restés dans l'ancien algorithme politique qui veut qu'il y ait des ténors et un mouvement jeunes militants, principalement là pour coller des affiches", décrypte-t-il. Avant d'ajouter à contrecœur : "Je ne sais même pas s'il existe encore un véritable avenir au sein des Républicains.

Depuis leur coup d'éclat, ces jeunes Bretons assurent avoir reçu des coups de fil de plusieurs autres responsables départementaux qui songent à les imiter. Ils préparent désormais une tribune pour tenter de faire réagir la direction du parti. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.