Cet article date de plus de cinq ans.

Nicolas Bay (FN) : nous "tendons la main" aux électeurs de Nicolas Sarkozy

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, a tendu la main sur franceinfo, dimanche soir, aux électeurs de Nicolas Sarkozy.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, sur le plateau de franceinfo. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, a tendu la main aux électeurs de Nicolas Sarkozy, éliminé au premier tour de la primaire à droite. Sur franceinfo, dans la soirée du dimanche 20 novembre, le frontiste a cité plusieurs thèmes relayés par l'ancien président : "Il a parlé d'identité, de sécurité. Sur tous ces sujets, il va y avoir des électeurs orphelins de Nicolas Sarkozy. Nous tendons la main à tous les Français, et notamment à ceux-là", a t-il expliqué.

Le FN n'a pas besoin de primaire

"Les sondeurs, une fois de plus, se sont lourdement trompés", a jugé le député européen, à propos du score de François Fillon, arrivé en tête avec 44,2% des voix. Faisant le parallèle avec l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, il a commenté : "On avait le sentiment que le système voulait définir à l'avance quels seraient les candidats et finalement ce revirement en faveur de François Fillon est peut-être le plan B du système."

Le résultat de ce second tour de la primaire de droite n'est "ni une bonne, ni une mauvaise nouvelle" pour Marine Le Pen selon Nicolas Bay, le favori François Fillon ayant été le "chef d'orchestre" du mandat de Nicolas Sarkozy.

Le secrétaire général du FN a reconnu le "succès d'affluence" du premier tour de la primaire de la droite et du centre, sans imaginer transposer la formule dans son parti : "Les primaires sont organisées par les familles politiques qui n'ont pas de candidat naturel, nous n'avons pas ce problème".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Congrès LR 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.