L'Emission politique, France 2

VIDEOS. Les cinq séquences à retenir de "L'Emission politique" avec Laurent Wauquiez

Le nouveau président des Républicains était l'invité jeudi de "L'Emission politique", sur France 2.

Laurent Wauquiez sur le plateau de \"L\'Emission politique\", le 25 janvier 2018. 
Laurent Wauquiez sur le plateau de "L'Emission politique", le 25 janvier 2018.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'était sa première grande émission de télévision depuis son accession à la tête des Républicains : Laurent Wauquiez était l'invité, jeudi 25 janvier, de "L'Emission politique", sur France 2. Elu en décembre avec près de 75% des voix, le président d'Auvergne-Rhône-Alpes a martelé ses thèmes de prédilection : l'immigration et l'Europe. Il a notamment été confronté à Alain Minc, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, et à Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement. Franceinfo vous résume ce qu'il faut retenir de l'émission. 

Sur ses différences avec le FN

Interrogé sur les similitudes entre son discours sur l'immigration et celui du Front national, Laurent Wauquiez a répondu : "Vous vous attendez à ce que, pour vous plaire, je fasse une droite qui ne parle pas d'immigration ? Que je laisse le monopole du discours sur l'immigration au Front national ? C'est hors de question." 

"Ça fait trop d'années que la droite a capitulé, qu'elle a renoncé à aborder un certain nombre de thèmes", a poursuivi le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en citant "la sécurité", "la question du déclassement des classes moyennes" ou celle de "l'intégration républicaine". "Vous pensez que je ne vais pas en parler parce que le Front national en parlerait ?", a-t-il encore interrogé. Avant de conclure : "Je ne veux pas laisser le monopole du social à la gauche, je ne veux pas laisser le monopole du discours sur l'immigration à l'extrême droite."

Voir la vidéo

Sur ses contradictions idéologiques

Pro-européen puis anti-européen, issu de Normale-Sup, Sciences Po et l'ENA mais dénonçant aujourd'hui les élites... Laurent Wauquiez a été mis face à ses contradictions par Alain Minc, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy qui avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire de la droite. "Vous évoquez des échanges qu'on a pu avoir quand j'avais 28 ans", lui a séchement répondu le président de LR. 

"Vous n'avez pas vu la France changer autour de vous ? Vous n'avez pas vu le terrorisme monter ? Vous n'avez pas vu les problématiques de l'intégration se durcir ? Vous n'avez pas vu, vous qui êtes un apôtre de la mondialisation, la détresse, parfois, des classes moyennes, et leur paupérisation, se renforcer ?", interroge Laurent Wauquiez. Avant de poursuivre : "Oui, monsieur Minc. J'ai fait un choix. Et ce choix, je l'assume : c'est de me remettre en question."

Voir la vidéo

Sur les élections européennes : "Je ne serai pas tête de liste"

Lors d'un débat face au porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, Laurent Wauquiez a affirmé qu'il ne mènerait pas la liste de son parti aux élections européennes de 2019. "Je suis président de région. Je n'ai pas l'habitude de trahir la confiance de mes électeurs. Ils ont voté pour moi pour une durée de mandat, je ne fais pas partie de ces politiques qui surfent d'un mandat à un autre", a déclaré le président d'Auvergne-Rhône-Alpes. 

Voir la vidéo

Face au porte-parole du gouvernement, le ton est monté

Laurent Wauquiez était-il ministre chargé des Affaires européennes au moment où de nouveaux chapitres de négociations avec la Turquie en vue de son adhésion à l'Union européenne ont été ouverts ? La question a donné lieu à une passe d'armes entre Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, et Laurent Wauquiez. Ce dernier a été en fonction de novembre 2010 à juin 2011. 

Voir la vidéo

"Je parle arabe" : il tente de le prouver

"Bien sûr que je suis pour l'échange, je parle arabe", a lancé le président de LR, alors qu'il était questionné sur l'accueil des migrants. Une phrase qui a fait réagir sur les réseaux sociaux. A la fin de "L'Emission politique", Laurent Wauquiez a tenté de le prouver, relancé par Léa Salamé. 

Voir la vidéo