Dans la Loire, l'incompréhension du festival Les Bravos de la nuit face à la baisse de subvention de la région AURA

Le festival Les Bravos de la nuit à Pélussin dans la Loire fait partie des événements culturels impactés par les baisses de subvention de la Région AURA. Une décision que les organisateurs de ce festival en milieu rural ont beaucoup de mal à comprendre. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.

Festival dédié au théâtre contemporain et à la jeune création, Les Bravos de la nuit à Pélussin fêteront cette année leur 35e édition du 20 au 27 août. Quinze jours de fêtes avec une semaine de résidence et une semaine de festival. 

L’ambiance se veut conviviale, familiale, avec des spectacles en journée pour les enfants, et d’autres en soirée, des rencontres informelles entres professionnels et le public, le tout dans une commune ligérienne qui compte aujourd’hui 3800 habitants.  

FTR

Un amour de trente ans (et plus)

Tout a commencé en 1987 quand des artistes de théâtre sont venus en résidence à Pélussin pour créer un spectacle de théâtre. En échange de la présentation de leur pièce au grand public, ils ont été accueillis. Un an après, l’association Les Bravos de la Nuit voyait le jour pour continuer l’aventure. 

Ici, les spectacles se jouent au cœur de la ville, dans une ancienne halle, une cour intérieure, un jardin, un garage, un parc. Pendant deux semaines, près de 90 bénévoles sont mobilisés pour accueillir 70 professionnels du spectacle sur deux semaines. 

Les spectacles et les artistes s'installent dans toute la ville. Un moment fort pour les habitants. (France Télévisions)

La culture à portée de tous

Si la ville a vu naître Gaston Baty, théoricien et réformateur du théâtre (qui a fondé avec Louis Jouvet, Charles Dullin et Georges Pitoëff, “le Cartel”, une association destinée à promouvoir le théâtre d’avant-garde), elle ne possède néanmoins pas de salle de spectacle. "Un des aspects des Bravos de la nuit explique Michel Dévrieux, le maire (SE) de Pélussin, c’est de faire venir des gens qui ne sont pas habitués à la culture et qui ne vont pas dans les grandes villes à Lyon ou ailleurs". Car la capitale des Gaules est à 53km de Pélussin, Saint-Etienne à 40 km. Des distances qui ont de quoi décourager à l’heure où faire le plein d’essence devient un luxe... 

Une baisse injustifiée

D’où l’incompréhension face à la baisse de subvention de la Région Auvergne-Rhône-Alpes dirigée par Laurent Wauquiez. Une baisse de 15% qui ampute le budget de 2250 €. La somme ne semble pas énorme certes, mais pour un “petit” festival financé en majeure partie par la mairie (à hauteur de 12 000 euros), c’est malgré tout un signe inquiétant. "Ca ne va pas nous faire boiter reconnait Eric Borgio, le président de l’association Les Bravos de la Nuit. Mais ça questionne sur notre action. On sait qu’on répond à une demande locale."  

Une ambiance familiale et bon enfant. (France télévisions)

Difficile pour lui de trouver une explication à une telle décision qui selon le cabinet de Laurent Wauqiez aurait pour ambition de rééquilibrer les subventions sur l’ensemble de la région AURA. L’idée, donner moins aux grandes institutions citadines au profit de petites structures ou de festivals plus ruraux. Dans cette logique, on comprend difficilement la baisse de subventions annoncée pour Les Bravos de la nuit.

Je ne vois pas de justification par rapport au travail qu’on fait toute l’année avec les enfants, avec les ados. On vit, on travaille sur ce territoire et d’un coup, on n’est plus suivi

Eric Borgio

Président association "Les Bravos de la Nuit"

Car si le festival se déroule fin août, il propose toute l’année des actions notamment auprès des ados. Depuis 2006, Les Bravos des Ados propose gratuitement à un groupe de collégiens volontaires une approche concrète du travail d’acteur sous formes de stages. Un spectacle préparé toute l’année est joué pendant le festival. 

L'affiche de la 35e édition des Bravos de la nuit à Pélussin. (DR)

Des suppressions actées
 

Selon Le Petit Bulletin, dans la Loire, ce sont 7 festivals ou structures qui seraient concernés par ces baisses de subventions, notamment à Saint-Etienne où la Cité du Design perdrait 180 000 euros et l’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne 30 000 euros.  

Et il n’y aura pas de retour en arrière, du moins pas tout de suite. Le mercredi 25 mai, la Commission permanente régionale d'Auvergne-Rhône-Alpes a entériné une grande partie des suppressions de subventions à 140 acteurs culturels. Dans le même temps, la commission a voté un plan de soutien pour les festivals qui ont souffert de la pandémie. Un fonds de secours a été créé (500 000 euros auraient déjà été réunis) pour que les structures les plus solides aident celles qui n’arrivent pas à se remettre de la crise sanitaire.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Laurent Wauquiez

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.