Alain Juppé favori de la primaire de la droite, loin devant Nicolas Sarkozy

L'ancien Premier ministre serait crédité de 40% des voix au premier tour, contre 34% pour Nicolas Sarkozy, selon un sondage publié par "Le Point", mercredi.

Alain Juppé, le 7 septembre 2015, au stade de Bordeaux (Aquitaine).
Alain Juppé, le 7 septembre 2015, au stade de Bordeaux (Aquitaine). (FRANCK FIFE / AFP)

Alain Juppé, maillot jaune de la primaire des Républicains à un peu plus d'un an de la ligne d'arrivée. Le maire de Bordeaux (Gironde) est donné vainqueur de la primaire de la droite et du centre pour l'investiture à la présidentielle 2017, assez largement devant Nicolas Sarkozy, selon un sondage Ipsos / Sopra Steria publié par Le Point, mercredi 9 septembre.

Selon cette enquête, menée uniquement auprès des Français "certains d'aller voter" à la primaire, l'ancien Premier ministre est crédité de 40% des intentions de vote au premier tour, contre 34% pour l'ancien chef de l'Etat. Au second tour, grâce au report de voix des sympathisants de Bruno Le Maire et de François Fillon, Alain Juppé battrait Nicolas Sarkozy avec 56% contre 44%.

L'avance du maire de Bordeaux s'explique par le fait que les personnes interrogées le jugent plus apte à battre les candidats d'autres partis lors de l'élection présidentielle. Il apparaît, en outre, comme celui dont les propositions sont les plus convaincantes en matière de lutte contre le chômage, et est jugé capable de mener à bien les réformes nécessaires. Le scrutin reste cependant très ouvert, selon Ipsos, puisque seules 57% des personnes aujourd’hui certaines d’aller voter déclarent que leur choix de vote est définitif. 

Les sympathisants indécis sur la stratégie à adopter

Le sondage nous apprend également que le profil des futurs votants est assez varié. Un sondé sur dix se disant sûr de participer à la primaire se déclare ainsi sympathisant de gauche, et 14% du Front national. Mais il s'agit, dans la plupart des cas, de personnes âgées de 60 ans et plus, et gagnant au moins 3 000 euros par mois.

Dernier point notable : l'incertitude des électeurs de droite quant à la stratégie à adopter en vue de la présidentielle. "51% des personnes certaines d’aller voter souhaitent que celle-ci ancre le plus possible son projet à droite, au risque de perdre le soutien des électeurs modérés, tandis que 49%, au contraire, préfèreraient un programme plus au centre", écrit Ipsos sur son site internet.

*Enquête menée du 25 au 31 août auprès de 7 003 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 519 personnes déclarant être certaines d’aller voter à l’élection primaire.