Droite : Nicolas Sarkozy évince Nathalie Kosciusko-Morizet de la direction du parti

L'ancien président de la République n'a pas supporté qu'elle conteste publiquement la ligne du "ni-ni" qu'il avait imposé pendant les régionales. Nathalie Kosciusko-Morizet n'est donc plus vice-présidente des Républicains.

Voir la vidéo
France 2

Nathalie Kosciusko-Morizet débarquée de la direction des Républicains ? C'est une décision de Nicolas Sarkozy. Il ne veut plus d'elle comme porte-parole et vice-présidente. "C'est une vieille idée stalinienne", a commenté l'intéressée au micro de France 2. Tout commence hier soir au siège des Républicains. Nathalie Kosciusko-Morizet doit réagir aux résultats des élections régionales à la télévision, Nicolas Sarkozy la met en garde : "C'est la dernière fois que tu représentes Les Républicains à la télévision". Réplique immédiate de NKM : "si les électeurs avaient été sur ta ligne du 'ni-ni', on aurait perdu le Nord-Pas-de-Calais et la PACA".

Soutien de Juppé

Devant les caméras, Nathalie Kosciusko-Morizet refuse d'obéir, elle salue le front républicain. Ce matin, Nicolas Sarkozy la démet. Depuis Bordeaux, Alain Juppé la soutient... et ironise "le crime de lèse-majesté, je pensais que c'était fini", déclare-t-il. De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet maintient ses positions. Elle n'accepte de n'être en janvier qu'une simple députée, mais elle n'a pas dit son dernier mot.

Le JT
Les autres sujets du JT
De gauche à droite, Nicolas Sarkozy, Christian Estrosi, NKM, alain Juppé et Laurent Wauquiez lors d\'un meeting de l\'UMP à Bordeaux (Gironde), le 22 novembre 2014.
De gauche à droite, Nicolas Sarkozy, Christian Estrosi, NKM, alain Juppé et Laurent Wauquiez lors d'un meeting de l'UMP à Bordeaux (Gironde), le 22 novembre 2014. (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)