Claude Goasguen, député de Paris et figure de la droite, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été malade du Covid-19

L'homme politique est mort jeudi matin alors qu'il se remettait tout juste de la maladie, ont annoncé sa famille et son entourage à l'AFP.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Claude Goasguen, député du 16e arrondissement de Paris (Les Républicains), le 18 novembre 2019 à Paris. (DANIEL PIER / NURPHOTO / AFP)

Il avait notamment été ministre de Jacques Chirac. Claude Goasguen, député de Paris (Les Républicains), est mort, jeudi 28 mai, à l'âge de 75 ans. Il a succombé à un "arrêt cardiaque", alors qu'il se remettait tout juste du Covid-19, ont annoncé sa famille et son entourage à l'AFP, confirmant une information du Monde et de Paris-Match. En réanimation pendant "22 jours" à cause du coronavirus, il "allait mieux" et "remarchait", mais il a connu par la suite des complications cardiaques et est décédé à 9 heures à l'hôpital Corentin-Celton d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

"Claude Goasguen était un homme engagé, qui n'a eu de cesse de donner corps aux idées de la droite et s'est investi avec cœur et conviction dans la lutte contre l'antisémitisme et dans la défense des chrétiens d'Orient", a souligné sa famille dans un communiqué.

Sur Twitter, l'ancien président Nicolas Sarkozy a rendu hommage à un homme "entier", qui "aimait le terrain et la proximité", et a "dédié sa vie à son engagement". A droite, de nombreuses voix, dont le président du parti LR Christian Jacob, ont salué un homme au "verbe haut", au fort tempérament, un "polémiste" plein de "panache".

Député de Paris depuis 1993 

Né le 12 mars 1945 à Toulon, cet avocat de profession a notamment été doyen de la faculté de droit et sciences politiques de Paris-13 (de 1982 à 1986) et chargé de conférences à HEC. Il avait été président de la Corpo d'Assas, syndicat étudiant proche d'Occident, mais avait démenti avoir appartenu à ce mouvement d'extrême droite, contrairement à Gérard Longuet, Alain Madelin ou Patrick Devedjian.

Successivement membre de l'UDF, puis de Démocratie libérale (le parti d'Alain Madelin), il a été membre du conseil des fondateurs de l'UMP en 2002. Conseiller de Paris à partir de 1983, Claude Goasguen a été adjoint de la municipalité sous les mandats de Jacques Chirac et Jean Tiberi, aux relations internationales, puis à la vie scolaire et universitaire. 

Elu pour la première fois député de Paris en 1993, il était implanté dans le 16e arrondissement de la capitale depuis plus de vingt ans. Il en a été maire de 2008 à 2017, avant de choisir son mandat de député, en raison de l'interdiction du cumul des mandats. Orateur pugnace, il a aussi été un éphémère ministre de la Réforme de l'Etat dans le premier gouvernement d'Alain Juppé, en 1995.

En vue des municipales dans la capitale, Claude Goasguen était devenu en novembre le conseiller politique de la candidate LR Rachida Dati avec l'objectif de battre la maire sortante Anne Hidalgo. "Nous étions rarement d'accord, mais j'avais pour lui un profond respect. J'aimais son humour et sa forte personnalité", a réagi cette dernière sur franceinfo. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.