Avec les élections régionales en approche et à un an de la présidentielle, Les Républicains dans la tourmente

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Avec les élections régionales en approche et à un an de la présidentielle, Les Républicains dans la tourmente
franceinfo
Article rédigé par
A. Bourse, G. Vaudry - franceinfo
France Télévisions

À un mois et demi des élections régionales et à un an de la présidentielle 2022, les membres des Républicains sont divisés et le parti est fracturé. Le point sur une semaine mouvementée.

Les élections régionales des 20 et 27 juin ressemblent à un champ de bataille pour les membres des Républicains. L’échéance a fait ressurgir des divisions et mis le parti sous le feu des projecteurs. Si Christian Jacob, le président de LR, a tenté de rassurer, une déclaration d’Éric Ciotti, député des Alpes Maritimes, a mis le feu aux poudres. "Ce qui nous différencie globalement du Rassemblement national, c’est notre capacité à gouverner", déclarait-il dans Valeurs Actuelles, le 30 avril.

Fracturer la droite

Et puis, il y a eu l’imbroglio Renaud Muselier en Provence-Alpes-Côte d'Azur qui revendique sa liberté pour les élections régionales. "J’essaie de sortir du carcan des partis tout en étant LR", a répondu le candidat LR pour les régionales en PACA. De son côté, Michel Barnier se pose en candidat potentiel pour la présidentielle 2022, tout comme Valérie Pécresse et Xavier Bertrand qui jouent leur carte en marge du parti. "Emmanuel Macron est un calculateur froid, un destructeur", expliquait ce dernier au Figaro le 5 mai. Hubert Falco et Christian Jacob ont quitté le parti et discutent avec Emmanuel Macron. À un an de l’élection présidentielle, le chef de l’État continue de fracturer la droite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les Républicains

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.