Cet article date de plus de dix ans.

Les partisans de Sarkozy et Hollande s’en donnent à cœur joie pour dézinguer l’adversaire

Caricatures, parodies, détournements, devinettes ou jeux en ligne… Le Mattel des temps modernes est un "geek" politiquement engagé, graphiquement inspiré et furieusement caustique. Autant vous prévenir, ça déménage. Du bluff ? A vous de juger.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue de la page d'accueil du "Sarkolol" (DR)

Caricatures, parodies, détournements, devinettes ou jeux en ligne… Le Mattel des temps modernes est un "geek" politiquement engagé, graphiquement inspiré et furieusement caustique. Autant vous prévenir, ça déménage. Du bluff ? A vous de juger.

Ouvrons le bal, avec le président-candidat, Nicolas Sarkozy, ordre protocolaire oblige, avec un jeu tout en délicatesse, baptisé le "Sarkolol".

Haro sur Sarko
Signé , consultant en webmarketing et twittos engagé, le principe du "Sarkolol" est simple. Il vous suffit, parmi 35 "grands moments", de voter pour le plus gros "SarkoLOL" du quinquennat en cliquant sur l'une des 35 cases.

Citons entre autres : "Le Fouquet's Party", le "Téléramoi !", "L'homme africain", "La justice au tapie", "MAM en Tunise", "Prince Jean à l'EPAD", "Des grèves où ça", etc.

Ces épisodes n'évoquent rien. Vraiment ?? Pas grave. Cliquez sur la vignette. La mémoire vous reviendra. Vous n'aurez plus, dès lors, qu'à désigner la séquence de votre choix.

L'histoire retiendra que lors de notre visite, sur 12.998 votes, la palme revenait à la proposition "Hausse record du chômage" (10%), suivi du désormais célèbre "Casse-toi pauv'con" (8%).

Feu sur Hollande
Côté UMP, ça flingue aussi.

Entre autres joyeusetés, voici le Kikadikoi ou comment décryptper ce que François Hollande a dit ou pas, ou dira... ou pas.

Et de cibler l'une des grandes priorité du candidat socialiste, la jeunesse, qui se résume après diffusion d'extraits de ses discours en des "emplois d'avenir qui n'inventent rien et l'autorisation de faire du sport".

L'épisode portant sur la création de 60.000 postes dans l'éducation nationale est lui aussi "gratiné". Gare au vertige après visionnage.

Parti pris ? Jugez-en par vous-même. C'est ici.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.