Le patron du MoDem a apporté son soutien dimanche à la mesure-phare du projet gouvernemental sur les retraites

Si François Bayrou approuve le passage de l'âge légal à 62 ans, il critique toutefois l'injustice de certaines mesures du projet gouvernemental et accuse le PS d'adopter une position "non responsable".Le leader centriste s'exprimait à l'issue d'un conseil national de son parti qui a approuvé à l'unanimité un projet en 9 points pour les retraites.

François Bayrou le 27 mars 2010, lors d\'une conférence de presse à l\'Assemblée nationale
François Bayrou le 27 mars 2010, lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale (AFP / Bertrand Langlois)

Si François Bayrou approuve le passage de l'âge légal à 62 ans, il critique toutefois l'injustice de certaines mesures du projet gouvernemental et accuse le PS d'adopter une position "non responsable".

Le leader centriste s'exprimait à l'issue d'un conseil national de son parti qui a approuvé à l'unanimité un projet en 9 points pour les retraites.

"C'est mentir aux Français que de prétendre qu'on ne pourrait pas faire la réforme ou en éviter les décisions les plus importantes. Si on ne réussit pas à conduire la réforme à son terme, on met le pays en danger", a expliqué le leader centriste en visant la position socialiste. "Le PS a choisi une ligne qui, selon moi, n'est pas responsable. Ce que les Français entendent du PS, c'est qu'au fond, on pourrait se passer de faire cette réforme."

"Je n'ai pas envie, par mon silence, d'être complice d'une telle dérive", a-t-il lancé devant la presse, tout en se disant proche, par ailleurs, de Dominique Strauss-Kahn et Michel Rocard.

Pour le président du MoDem, la réforme, pour être acceptable, se doit d'être juste. "Nous considérons qu'il est raisonnable de faire glisser progressivement l'âge légal à partir duquel on peut faire valoir ses droits à la retraite de 60 à 62 ans."

"Si on choisissait de ne jouer que sur l'augmentation de la durée de cotisation, on créerait une situation dans laquelle tous les Français qui ont fait des études, ceux qui ont des carrières incomplètes seraient condamnés à ne pouvoir partir à la retraite que dans la zone des 70 ans ou alors, avec des retraites réduites", a-t-il fait valoir.

En revanche, François Bayrou ne se dit pas satisfait par le projet gouvernemental sur "la pénibilité" et "l'âge maximal de départ à la retraite sans pénalisation pour les carrières incomplètes".