Le machisme s'invite sur les bancs de l'Assemblée nationale

Cécile Duflot et Rachida Dati ont été visées mardi par des remarques de députés de l'UMP portant sur leurs tenues vestimentaires.

Séance de questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale, en présence de Cécile Duflot, ministre de l\'Egalite des Territoires et du Logement, mardi 17 juillet 2012.
Séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, en présence de Cécile Duflot, ministre de l'Egalite des Territoires et du Logement, mardi 17 juillet 2012. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Dès l'arrivée de l'été, les robes fleurissent à l'Assemblée, et avec elles une volée de remarques machistes. Mardi 17 juillet au Palais Bourbon, des députés UMP se sont distingués par des sifflets ou des piques réduisant Cécile Duflot et Rachida Dati à leurs tenues. Malgré des avancées lors des dernières législatives, l'égalité hommes-femmes à l'Assemblée nationale reste à démontrer.

• Des huées pour Cécile Duflot

A l'heure de la séance des questions au gouvernement, la ministre de l'Egalité des territoires descend les marches de l'hémicycle pour prendre le micro. Il s'agit de répondre à une question du député-maire de Neuilly (Hauts-de-Seine), Jean-Christophe Fromantin, sur l'avenir du Grand Paris. 

Avant même sa prise de parole, des sifflets s'échappent des rangs de l'UMP, clairement dirigés vers la robe blanche à motifs bleus de la ministre. Un comportement qui indigne le président de l'Assemblée Claude Bartolone et Cécile Duflot elle-même, qui jette un regard noir vers les bancs de la droite avant d'entamer son intervention : "Mesdames et messieurs les députés, mais surtout messieurs visiblement..."

Francetv info

• Rachida Dati réduite à ses tenues par Bernard Debré

Elle a beau ne pas être parlementaire, Rachida Dati a elle aussi eu droit à une remarque vestimentaire, mardi à l'Assemblée. Dans la salle des pas-perdus, évoquant l'éventuelle candidature de sa collègue à la tête de l'UMP, le député du parti d'opposition Bernard Debré a renvoyé la maire du VIIe arrondissement de Paris à son dressing et ses "excès""Je ne suis pas sûr que Vuitton ou Dior ait sa place à ce niveau -à", a-t-il déclaré au micro de LCP, avant d'esquisser un sourire.

L'ancienne ministre de la Justice lui a répondu sur Twitter, évoquant une "rechute" et se positionnant dans une lutte contre le machisme.

 

• Quelle parité en politique ?

Derrière la vitrine d'un gouvernement paritaire, l'équipe Hollande-Ayrault n'a pas mis fin aux inégalités entre hommes et femmes en politique. Une enquête de Libération a ainsi révélé que les cabinets ministériels restent perméables à la diversité et à la parité, comme le rapportait FTVi. A l'Assemblée, 155 femmes sur 577 députés siègent dans l'hémicycle, soit 57 de plus qu'au cours de la précédente législature. En 2007, les 18,5% de femmes à l'Assemblée reléguaient la France à la 19e place sur 27 en Europe en matière de parité.

A l'UMP, Rachida Dati s'est emportée en juin contre le non-respect de la loi sur la parité par son parti, rapportant qu'il n'y a eu "que 26% de femmes investies" par l'UMP lors des dernières législatives.