Cet article date de plus de neuf ans.

Le M. Internet de Dominique de Villepin donne sa démission

Christophe Carignano, le responsable internet du parti du candidat, Dominique de Villepin, a jeté l'éponge. Il a adressé une lettre de démission aux responsables de République solidaire, jeudi 15 décembre, mais soutient toujours l'ex Premier ministre
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique de Villepin participe à l'émission "Le grand journal" sur Canal Plus, le 13 décembre 2011. (AFP - MIGUEL MEDINA)

Christophe Carignano, le responsable internet du parti du candidat, Dominique de Villepin, a jeté l'éponge. Il a adressé une lettre de démission aux responsables de République solidaire, jeudi 15 décembre, mais soutient toujours l'ex Premier ministre

Jean-Pierre Grand, le Président du parti République solidaire a reçu un courrier du Monsieur Internet du candidat à la présidentielle, Dominique de Villepin, lui faisant part de "sa démission de l'ensemble des responsabilités" qu'il exerçait dans le parti.

S'il accorde toujours son soutien à l'ancien Premier ministre, Christophe Carignano regrette, en revanche, le climat qu'il s'y est développé.

Un parti "verrouillé"

L'ancien responsable Web qui participait à l'aventure du mouvement République solidaire depuis août 2009, regrette que le parti se soit peu à peu "verrouillé" et "replié sur lui-même". Mais "je continue à soutenir Dominique de Villepin" dont "je suis sûr que la candidature est promise à un excellent avenir", assure-t-il.

Dans un message posté sur son compte Twitter, ce militant livre quelques informations supplémentaires : "J'ai démissionné de mes responsabilités à République Solidaire pour soutenir autrement @villepin 2012", écrit-il

"Mon soutien pour @villepin est indéfectible", indique-t-il encore Et , il annonce même : "J'ai créé un réseau social villepincom rassemblant 12.000 militants et ce soir moins d'une dizaine n'ose me parler!".

Nom de ce nouveau réseau qui comptait, jeudi 21 décembre 2011 à 9h00, un tweet et 18 abonnés.

Dominique de Villepin poursuit sa campagne

Pendant ce temps-là, et partant du constat que la politique "menée dans le pays ne donne pas les résultats attendus", et "qu'elle n'est pas à l'écoute des Français", M. de Villepin fait campagne.

Invité sur BFM, mardi 20 décembre, il s'est prononcé pour "l'instauration d'un "Etat d'urgence économique, social et financier", en France face à la crise.

L'ancien Premier ministre n'oublie pas le terrain. Il est attendu à Charenton (Val-de-Marne), mercredi 21 décembre, et se rendra le lendemain au marché de Rungis où une visite des pavillons "triperie", "viandes" et "volailles" est prévue.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.