Laurent Fabius en Iran : "Un voyage sous un double signe : le respect et la relance"

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est arrivé à Téhéran ce mercredi avec pour objectif de relancer les relations bilatérales après l'accord nucléaire conclu entre l'Iran et les grandes puissances le 14 juillet. Le chef de la diplomatie française porte aussi avec lui l'invitation de François Hollande à son homologue iranien Hassan Rohani à se rendre en France en novembre.

(Laurent Fabius est le premier ministre français à se rendre en Iran depuis 2005 © MAXPPP)

Aucun ministre français n'avait posé le pied sur le sol iranien depuis plus de dix ans. Mais il y a quinze jours, l'accord signé à Vienne entre les grandes puissances et Téhéran sur le dossier nucléaire iranien a changé la donne. 

"Un voyage sous un double signe : le respect et la relance"

"C'est un voyage important qui se situe sous un double signe : le respect mutuel entre la France et l'Iran (...) Dans les dernières années, les liens ont été distendus, mais grâce à l'accord sur le nucléaire, les choses vont pouvoir changer ", assure le ministre des Affaires Etrangères.

Laurent Fabius avance deux objectifs :  "le respect, et la relance : nous souhaitons relancer nos relations pour leur donner un nouveau cours. "

"C'est un voyage important sous un double signe : le respect et la relance" - Laurent Fabius au micro de Ludovic Piedtenu
--'--
--'--

80 millions de consommateurs potentiels  

Avec cette visite, la France vient  s'assurer de la parole des Iraniens, mais aussi, avec la levée des sanctions économiques, cherche à favoriser le retour des entreprises françaises à qui Téhéran reproche d’avoir quitté le pays il y a quelques années, un peu trop brutalement.

Laurent Fabius doit rencontrer le président de la République islamique d'iran, après avoir vu son homologue aux Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, le président du Parlement, les ministres de l'Environnement et du Commerce.

 A LIRE AUSSI ►►► Nucléaire iranien : un accord historique conclu à Vienne

Face aux critiques en Iran contre l'attitude de Paris, présentée comme "dure " pendant les négociations, Laurent Fabius a répondu que la France avait eu une "attitude constante, ferme, constructive " dans le but "d'empêcher la prolifération nucléaire ". "Le nucléaire n'est pas une babiole ", ajoute-t-il.

Il a également annoncé la visite en septembre d'une délégation économique française accompagnée de deux ministres.

Le président iranien Hassan Rohani invité à Paris 

Laurent Fabius a aussi transmis une invitation officielle de la part de François Hollande : le président de la République invite son homologue iranien Hassan Rohani à se rendre en France au mois de novembre.