Municipales : un défi de taille pour LREM ?

Qui investir ? Avec qui s'allier ? La campagne des élections municipales s'annonce compliquée pour La République en marche (LREM). La marque n'est pas assez forte pour assurer un second tour à ses candidats dans de nombreuses villes. Certains ont d'ailleurs décidé de s'en passer.

FRANCE 2

Gérard Chemla, candidat LREM à la mairie de Reims (Marne), pensait que les municipales ressembleraient à un boulevard, mais c'est finalement un chemin de croix. Il est bien difficile de se faire connaître. Crédité de 6% d'intentions de vote dans un sondage, on cherche en vain l'étiquette du parti présidentiel sur ses affiches. Face à lui, le maire sortant LR, Arnaud Robinet, se frotte les mains. Selon un sondage, ce dernier serait élu dès le premier tour. Pourtant, il était question d'alliance avec LREM il y a quelques mois encore.

Nouer des alliances pour passer le premier tour

Mais avec son succès aux élections européennes, LREM a snobé son potentiel allié et présenté un candidat. Sauf que le vent a tourné. Du coup, pour limiter les risques, le parti du président cherche à nouer des alliances dès le premier tour, comme à Toulouse (Haute-Garonne), où une liste commune devrait bientôt être établie avec le maire sortant et favori de l'élection. Avantage pour LREM : pas de défaite retentissante à assumer et, à coup sûr, des élus dans les conseils municipaux. Les ambitions ont été revues à la baisse. LREM ne vise aujourd'hui que 10 000 élus sur plus de 500 000 conseillers municipaux en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Six candidats briguent l\'investiture LREM pour les élections municipales à Paris, en mars 2020. 
Six candidats briguent l'investiture LREM pour les élections municipales à Paris, en mars 2020.  (JOEL SAGET / AFP)