La majorité enterre la promesse d'introduction de la proportionnelle aux élections législatives avant 2022

L'introduction d'une dose de proportionnelle figurait parmi les engagements de campagne d'Emmanuel Macron en 2017.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Assemblée nationale, le 17 décembre 2020, à Paris. (THOMAS COEX / AFP)

Clap de fin. "Les conditions ne sont pas réunies" au Parlement pour introduire la proportionnelle aux élections législatives avant 2022, ont indiqué, mercredi 17 mars, les présidents des groupes politiques de la majorité à l'Assemblée nationale.

Les chefs de file des députés LREM Christophe Castaner, des députés MoDem Patrick Mignola et des députés Agir Olivier Becht remettent ainsi le sujet au prochain quinquennat, sauf organisation d'un référendum sur la proportionnelle avant 2022. "Cela ne signifie pas que nous abandonnons notre ambition", insistent-ils, annonçant le lancement dès à présent d'"une réflexion commune" sur la "démocratie représentative" en vue de la campagne présidentielle.

Engagement de campagne en 2017

Le leader centriste François Bayrou, allié d'Emmanuel Macron, avait dit récemment ne pas croire à un tel changement du mode de scrutin par "la voie parlementaire". Dimanche, il a de nouveau défendu sa mise en place par référendum, estimant qu'il pourrait être organisé en même temps que les régionales prévues en juin.

L'introduction d'une dose de proportionnelle figurait parmi les engagements de campagne d'Emmanuel Macron en 2017. Mais LREM et l'exécutif se montrent très prudents. Le 10 février, Emmanuel Macron avait estimé que ce débat "important" sur la proportionnelle devait se "poursuivre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.