Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Européennes : Pour Nathalie Loiseau (LREM), arriver en tête serait "un succès pour les Français"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 27 min
Européennes : Pour Nathalie Loiseau (LREM), arriver en tête serait "un succès pour les Français"
Européennes : Pour Nathalie Loiseau (LREM), arriver en tête serait "un succès pour les Français" Européennes : Pour Nathalie Loiseau (LREM), arriver en tête serait "un succès pour les Français" (France 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions

Nathalie Loiseau, tête de liste La République en marche pour les prochaines élections européennes, est l'invitée de "Dimanche en politique". La candidate est revenue sur son duel avec Jordan Bardella (Rassemblement national) et sur l'investissement personnel d'Emmanuel Macron dans sa campagne.

Alors que les sondages annoncent un duel entre La République en marche et le Rassemblement national, pour Nathalie Loiseau (LREM), l'urgence est de ramener les abstentionnistes, "des gens qui n'ont pas entendu l'urgence (...) et qui ont déserté la politique (...) et qui ne se retrouvent pas dans la manière dont la campagne a été couverte". Elle déplorait dans Le Monde que "la sortie de l'Union Européenne restait le projet caché du Rassemblement national."

Un projet eurosceptique qui s'inscrirait dans la directe lignée de Marine Le Pen aux élections présidentielles 2017. "Le Rassemblement national ne sait plus quoi dire sur l'Europe, à part détester Macron. En 2017, Marine Le Pen nous expliquait que 80% de son programme dépendait de la sortie de l'Union européenne et de la sortie de l'euro. Monsieur Bardella veut une politique agricole française qui sorte de la politique agricole commune, il veut sortir de Schengen et veut retrouver de la souveraineté monétaire. Ça s'appelle tout simplement sortir de l'Union européenne", ajoute Nathalie Loiseau.

"Emmanuel Macron s'est investi depuis deux ans"

La chef de file de la majorité revient sur l'investissement d'Emmanuel Macron, qui n'a pas hésité à s'afficher seul sur les affiches de campagne pour promouvoir cette élection qui représente un enjeu important pour lui. "Il (Emmanuel Macron) s'est énormément investi depuis deux ans. Il a fait campagne pour la présidentielle et c'est d'ailleurs pour ça que je l'ai rejoint, pour que la France pèse davantage en Europe et que l'Europe se réveille. J’ai entendu des opposants qu'ils voulaient faire de cette élection un référendum anti-Macron parce qu'ils n'ont rien à proposer", déplore la candidate.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.