"Griveaux est détestable, détesté, on va tous voter pour Villani" : à Paris, certains militants ont déjà choisi leur candidat

Cédric Villani s'est officiellement déclaré candidat aux municipales mercredi, en plus de Benjamin Griveaux, pourtant choisi par les instances de La République en marche. Les soutiens du scientifique ne mâchent pas leurs mots.

Le mathématicien Cédric Villani, candidat à la mairie de Paris, le 4 septembre 2019.
Le mathématicien Cédric Villani, candidat à la mairie de Paris, le 4 septembre 2019. (NATHANAËL CHARBONNIER / RADIO FRANCE)

"Griveaux va sauter ! On va tous voter pour Villani, il n'y a pas de place pour Griveaux, on s'en fout de Griveaux, il est détestable, il est détesté", lâche un soutien de Cédric Villani, mercredi 4 septembre. Le mathématicien a annoncé officiellement qu'il se présentait aux élections municipales dans la capitale.

Une candidature dissidente, puisque Benjamin Griveaux a été investi en juillet par La République en marche (LREM). Même si les deux adversaires évitent les attaques personnelles en public, il suffit d’écouter les Parisiens réunis autour du nouveau candidat pour comprendre que la lutte sera sans merci.

Griveaux, c'est rien, c'est zéro, il n'existe pas pour moi. Le personnage en lui-même est odieux, on le voit bien, il est obséquieux.Un Parisien, soutien de Cédric Villanià franceinfo

Le problème, pour les soutiens de Cédric Villani, ce n’est pas le programme, mais la personnalité de l’ancien porte-parole du gouvernement, qui pâtit, en plus, selon cette Parisienne, de son image de chouchou du chef de l'État : "Paris est une ville rebelle, il ne faut jamais oublier ça. Griveaux est beaucoup trop conformiste, il est prévisible, alors que nous avons besoin de quelqu'un d'imprévisible."

Tant pis si Cédric Villani s’était engagé à soutenir le candidat choisi par La République en marche. Le traître n’est pas celui qu’on croit, rétorque la députée marcheuse de Paris Anne-Christine Lang : "Nous, on a plutôt tendance à considérer que dans la dernière séquence, c'est peut-être l'appareil d'En marche qui a trahi la promesse initiale." Dans son discours mercredi soir, Cédric Villani a promis une campagne "bienveillante". C'est bien parti...

"Griveaux est détestable, détesté, on va tous voter pour Villani" : à Paris, certains militants ont déjà choisi leur candidat - Le reportage de Simon Le Baron
--'--
--'--