Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo "J'appelle ça du poujadisme" : Alexis Corbière répond du tac au tac à Charline Vanhoenacker

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Alexis Corbière, député Insoumis de Seine-Saint-Denis, a réagi, lundi sur France Inter, au billet de l'humoriste belge qui s'est moquée du recours au statut d'auto-entrepreneur lors de la campagne de Jean-Luc Mélenchon.

"Vous méritez le nom de France insoumise parce qu’avec vous, la France est même insoumise à quelques-uns de ses propres principes." C'est par cette phrase que Charline Vanhoenacker est revenue, lundi 19 mars sur France Inter, sur le recours à l'auto-entrepreneuriat durant la campagne de Jean-Luc Mélenchon.

Le billet de l'humoriste a eu le don d'agacer Alexis Corbière, invité de France Inter. Le député insoumis lui a répondu : ce genre de propos, "j'appelle ça du poujadisme". Plus tôt, Charline Vanhoenacker avait lancé qu'"auto-entrepreneur, c'est être aussi insoumis à certaines cotisations et à la TVA", ce que n'avait guère apprécié l'élu de Seine-Saint-Denis.

Il fallait un statut précaire parce que nous n'avions pas eu les financements

Alexis Corbière

à France Inter

Pointé du doigt pour avoir été rémunéré en tant qu'auto-entrepreneur pendant la campagne présidentielle où il était porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière s'est justifié de l'utilisation de ce statut auprès de Léa Salamé, avant le billet de l'humoriste belge sur France Inter.

"Je suis fonctionnaire, mon métier, ce n'est pas porte-parole de candidat, a expliqué dans un premier temps l'élu Insoumis. Il fallait un statut précaire parce que jusqu'au 18 mars nous n'avions pas les 500 signatures, les banques ne nous avaient pas donné d'argent et je voulais toutes les fins de mois pouvoir dire : j'arrête d'être rémunéré", a indiqué Alexis Corbière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.