Présidentielle 2022 : la nouvelle application de la France Insoumise correspond au "vieux fantasme de la parole directe", analyse un politologue

Le parti de Jean-Luc Mélenchon lance, jeudi, Action Populaire, une application et un site internet pour mobiliser ses soutiens à un an de l'élection présidentielle. Pour Thierry Vedel, chercheur au CNRS et à Sciences Po, c'est un moyen de contourner la contrainte des temps de parole dans les médias.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La France Insoumise lance, jeudi 22 avril, une application et une plateforme pour la campagne de l'élection présidentielle de 2022. (CAPTURE D'ÉCRAN)

"Agissez concrètement dans votre quartier et faites gagner Jean-Luc Mélenchon en 2022", clame la nouvelle plateforme de la France Insoumise, Action Populaire. Le parti lance également une application du même nom à un an de l'élection présidentielle."Il y a un fantasme très ancien dans la communication politique : celui de la parole directe", analyse sur franceinfo, jeudi 22 avril, Thierry Vedel, chercheur au CNRS et au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

La télévision "reste une source d'information importante"

Selon Thierry Vedel, de nombreux candidats et personnalités politiques "souhaitent s'adresser à la population, à leurs électeurs sans intermédiaire, sans contraintes médiatiques, sans contraintes éditoriales, sans contraintes temporelles non plus" mais sont limités par la réglementation sur le pluralisme des médias "qui les oblige à respecter un équilibre des temps de parole." Avec ce genre de plateformes, "on peut délivrer son discours pendant des heures dans le cadre qu'on choisit, sans intermédiaire, sans parasitage", explique le chercheur.

Il rappelle pourtant que si les réseaux sociaux ont une importance croissante dans les campagnes électorales, "la télévision en France, et dans bien d'autres pays d'ailleurs, reste une source d'information importante pour beaucoup d'électeurs, et notamment les plus âgés qui s'intéressent plus à la politique et qui ont tendance à participer davantage que les autres aux consultations électorales."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.